Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Le quotidien Ha'aretz se réjouit des condamnations de "la quenelle", ce geste qui exprime de l'anticonformisme selon certains, de l'antisémitisme selon d'autres. L'interdire, par contre, serait contre-productif.

 

Antisemite ou anti-systeme ? Ou les deux parfois ?

 

C'est un geste qui secoue la France. Encore plus depuis que le ministère de l'Intérieur envisage d'interdire les spectacles de Dieudonné, et que le joueur de football Nicolas Anelka a dédié une "quenelle" à l'humoriste, pour fêter un but marqué le 28 décembre lors d'un match de championnat anglais.

 

Pour le quotidien Ha'aretz, il faut lutter contre ce geste symbolique de l'antisémitisme, mais "par le biais de l'éducation et non par l'hystérie". Le titre israélien souligne que la polémique autour du geste d'Anelka s'est propagée davantage en France qu'en Angleterre, où il a pourtant eu lieu. "Pas parce que le football anglais est épargné par les problèmes de racisme — au contraire. [...]. Mais parce que Dieudonné est un phénomène franco-français" peut-on lire dans les colonnes du journal.

 

Ha'aretz se montre particulièrement nuancé sur l'importance à accorder à la "quenelle" : malgré "la vague de photos sur les réseaux sociaux, qui montrent des jeunes gens souriants, faisant une quenelle devant un lieu lié au judaïsme [...], les statistiques n'indiquent pas une montée significative des attaques antisémites [en France]. Et il est très peu probable que chaque personne qui poste un "selfie-quenelle" sur sa page Facebook soit forcément antisémite." Ce geste serait plutôt une sorte de "doigt d'honneur subversif d'une génération qui conteste l'autorité". 

 

Cela dit, le quotidien israélien juge "encourageantes" les condamnations médiatisées du geste d'Anelka pour disqualifier et abolir la “quenelle”. D'autant que l'Association anglaise de football sanctionnera certainement le joueur. "Ainsi, un large public pourra enfin comprendre le véritable et sinistre message qui se cache derrière ce geste".

 

Le meilleur moyen d'échapper à l'influence sournoise de l'humoriste Dieudonné, conclut Ha'aretz, est l'éducation. Cela dit, le journal met en garde contre l'appel de certains politiciens à interdire la “quenelle”. Cela n'aurait qu'une conséquence : la rendre cool.

 

Publie par Courrier international

Tag(s) : #Actu

Partager cet article

Repost 0