Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

L'agence de presse palestinienne a rapporte qu'une famille juive israelienne a fait don des poumons et du coeur de leur fille en situation de mort clinique a une arabe palestinienne de Nazareth.

 

null 

La jeune femme a ete tuee dans un accident de la route au cours du mois d'aout, elle avait 18 ans. Sa famiile, Ayache, est originaire du Maroc.

 

Les deux familles se sont rencontrees a Nazareth pendant le week-end, et la famille juive a ete tres emue de rencontrer la femme qui continue de vivre grace au battements du coeur de leur fille.

 

Un medecin arabe de la region a exhorte les arabes israeliens a faire plus de dons d'organes, en soulignant qu'il y a beaucoup moins de donneurs d'organes arabes que de juifs. Il a profite de l'occasion pour demander aux arabes de repondre plus nombreux aux demandes de don de moelle osseuse.

 

Traduit de l'anglais par David Goldstein

 

http://elderofziyon.blogspot.com/2011/09/israeli-jewish-family-donate-daughters.html

  


 

Manitou et la greffe d'organe

 

Léon Ashkénazi, était un maître très affairé. Nous avions eu plusieurs discusions concernant la greffe d'organes et en particulier concernant la greffe cardiaque. Son projet avait été d'organiser une émission télévisée ou radio-diffusée sur le sujet.

 

Pour lui, la définition de la mort du corps ne posait aucun problème dans sa forme actuelle passant par la mort cérébrale. En effet, expliquait-il, la mort selon la halakha, se définit par l'arrêt du souffle, de la "neshima". On entend d'ailleurs la parenté linguistique entre la neshima, le souffle, et la neshama, l'âme. C'est simple, disait-il, lorsque la neshima cesse, c'est que l'âme a quitté le corps. Dès lors, puisqu'un corps dont le cerveau est mort va devoir être placé sous assistance respiratoire, puisqu'l ne peut plus respirer de plui-même, c'est le signe que l'âme est partie.
 
Ce qui reste n'est plus qu'un "kéli", un récipient vide, et il serait idolâtre de lui donner une importance excessive, face à la nécessité de sauver une vie. On doit tout faire pour sauver une vie, disait-il, pour respecter le pikouah nefesh. Manitou n'eut pas le temps de faire cette émission, car il dut très vite s'occupper de sa propre santé, et il nous quitta bientôt. Mais cet enseignement nous est resté, car la lumière des Sages brille après eux.
   
 
 

 

Tag(s) : #Israel

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :