Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Des centaines de soldats se contentent de cinq chaines de television dans le club du soldat, et conseillent meme a leurs amis de faire pareil : "mes voisins me voient revenir avec mon arme et ils meurent d'envie de faire leur service militaire". C'est a ca que ressemble le bataillon "Netzar Yehuda", l'exemple de ce qui sera peut-etre fait dans Tsahal dans quelques temps, si les politiciens sont d'accord.

 

 

Le nouveau rabbin du bataillon ultra-orthodoxe de Tsahal, "Netzar Yehuda", a realise il y a quelques semaines, une visite normale dans la cantine du regiment. Lors de cette visite, realisee dans une des bases du bataillon, dans la region de Djenin, le jeune officier a trouve des sucreries, des glaces, de bouteilles de boisson et d'autres friandises casher le mehadrin, mais ses yeux ont ete captes par un paquet de "Pringles". En un instant le rabbin a decide de retirer de suite le produit de l'etagere, la raison : les "Pringles" contiennent du lait non casher.

 

Tout autre responsable de cantine de Tsahal aurait ete surpris de cette decision de retirer comme ca les "Pringles" des rayons, un aliment si ancien et si apprecie par les soldats, mais dans ce bataillon d'ultra-orthodoxes, un de ceux qui devraient se developper dans Tsahal, si les grandes lignes donnees par la commission Plasner sont approuvees , on ne prend aucun risque.

 

 

Contrairement a ce que pense le grand public, il ne s'agit pas d'un bataillon classique : Des dizaines de soldats de "Netzar Yehuda" ne sont pas des "ultra-orthodoxes" des plus durs, en fait le bataillon est compose d'une variete de courants : des eleves de yeshivotes, des religieux qui souhaitent un cadre militaire strict d'un point de vue religieux, des habadnikims, des religieux qui viennent de l'etranger pour faire leur service militaire (il y en a 15 actuellement qui sont consideres comme des soldats isoles), ainsi que d'authentiques ultra-orthodoxes de Bnei-Brak et de Jerusalem.

 

Une soiree organisee autour d'un rav pour les porteurs de kippa avec des regles tres claires, autour d'officiers masculins (dont 8 laics), sans possibilite de contact direct entre soldats et soldates - meme pas avec la responsable des ressources humaines de Tsahal, Orna Barbibay, qui est venue en visite il y a quelques mois. Le bataillon ultra-orthodoxe, qui a ete cree en 1999 et a commence son histoire avec un petit effectif de 32 soldats, est considere aujourd'hui comme un des plus grands de Tsahal, avec plusieurs centaines de soldats. Le parcours standard des soldats de ce bataillon est compose de 2 ans de service actif, puis la troisieme annee, ils finissent de passer leur BAC et apprennent un metier pour leur retour dans le civil, toujours dans le cadre de l'armee.

 

ומה עם הבנות? הן לא מהגדוד (צילום: גיל יוחנן)

 

Une des consequences principales du service militaire des ultra-orthodoxes au sein de Tsahal est le cout engendre. A aujourd'hui, un soldat ultra-orthodoxe marie et avec des enfants a droit a une solde s'elevant a plusieurs milliers de shekels par mois, et c'est sans compter l'investissement fait dans tous les systemes de casherout specifiques, et les conditions specifiques reservees aux postes des responsables du bataillon.

 

Malgre cela, cet investissement est cense revenir au final a l'etat car les memes ultra-orthodoxes qui font leur service militaire et qui reviennent dans le civil sont censes, en  partie, entrer sur le marche du travail, payer des impots, et aideront a equilibrer l'investissement realise pour eux. En proportion, dans ce bataillon d'ultra-orthodoxes, cette annee ont ete presentees 1000 demandes et exemptions particulieres  - presentees par un officier et pas moins de 12 sous-officiers. En tout, 40 % des soldats du bataillon font un travail d'assistance sociale, nombre tres important pour une armee.

 

(צילום: גיל יוחנן)

 

Dans le bataillon il y a 70 soldats isoles (qui ont eux aussi droit a des dedommagements particuliers), ce qui correspond a 2 a 3 fois le taux normal, et 25 combattants maries (5 fois la moyenne des autres bataillons). Celui qui a 3 enfants, et il y en a, obtient le droit d'etre exempter de service, mais une grande partie prefere rester. L'engagement pour le service militaire se fait de bouche a oreille, sans stand de recrutement, sans journees portes ouvertes au centre de recrutement, sans tentative de convaincre. Les soldats doivent juste s'engager a veiller a toujours porter la kippa et, bien sur, a faire shabbat.

 

Il y a la television dans le club du bataillon, mais contrairement aux autres endroits, dans le bataillon ultra-orthodoxe, il n'y a qu'un decodeur classique avec 5 chaines seulement. Les soldats peuvent surfer sur internet pendant leur temps libre, mais seulement a l'aide d'un programme filtrant appele "Rimon", qui bloque l'entree aux sites non respectueux et aux photos de femmes en tenue impudique.

 

צילום: גיל יוחנן

 

Dans le bataillon il n'y a presque pas de refus d'obeir. Un cas isole a eu lieu il y a un an et demi, quand un soldat a refuse de faire un exercice d'entrainement un vendredi soir et a ete puni. La surveillance des regles arrive meme aux choses les plus petites : l'annee derniere, les lampes des appareils de transmission ont ete remplacees par des lampes qui ne "brulent pas" pour eviter tout risque de profaner shabbat. Pendant les classes, les soldats doivent venir participer aux prieres et suivre un emploi du temps bien precis, mais pendant les periodes d'exercices ou de manoeuvres, il n'y a pas d'obligation de ce genre et les soldats font leurs prieres pendant leur temps libre.

 

"Quelqu'un est moins croyant ?"

 

Hier, une ceremonie a ete organisee a Latrun pour feliciter ceux qui ont fini leur service et remettre des prix a ceux qui l'ont fait dans l'excellence.

 

מסיימים (צילום: אהרון שטיינמץ, ארגון הנח"ל החרדי)

 

"Le public et les decisionnaires devraient venir nous voir, nous les religieux et les ultra-orthodoxes qui sommes fiers de donner notre ame pour notre pays sans perdre un instant notre identite et notre judaisme strict", a raconte un soldat du bataillon pendant une ceremonie, "nous esperons ne pas etre une exception. J'ai des voisins et des amis qui revent de faire leur service militaire, d'etre des combattants, et sont morts de jalousie quand ils me voient rentrer a la maison avec mon arme".

 

Les accolades avec les rabbins civils et les larmes des meres leur rappelent d'ou ils viennent. "si j'arrive a etudier la Torah en tant que soldat dans la base, il y a une bibliotheque importante, alors pourquoi les autres ne le pourraient pas ? Ceux qui decident devraient aller dans la rue Kahneman de Bnei-Brak, et y voir combien il y a de gens qui ne font rien la-bas. Des jeunes de 16 a 17 ans qui sont sortis des yeshivots et sont devenus des chomeurs dans le meilleur des cas, des enfants de la rue dans le pire. Meme ceux qui etudient dans les yeshivots veulent donner et participer, et il y a de nombreux rabbins et responsables de yeshivots qui sont d'accord mais gardent le silence".

 

צילום: גיל יוחנן

 

David, qui est venu saluer son fils, a refuse au debut que son fils fasse son service, mais il s'est rendu aux arguments d'un jeune ultra-orthodoxe qui a servi dans ce bataillon : "regarde ceux qui ont fini leur service dans le bataillon et qui ont aujourd'hui 25 et 30 ans, et meme ceux qui approchent la quarantaine, qui ont des familles avec plein d'enfants, ils ont reussi et ont un metier", lui a t-il dit, "il y en a parmi eux qui sont moins juifs que ceux qui etudient a la Yeshiva de Ponevezh ? Ils croient moins, ils respectent moins les mitzvots ? Ils etudient toujours la Torah et la Guemara pendant de longues heures de la semaine, et sont meme capables de faire 20 jours de reserve pendant l'annee".

 

Le rav David Fox, de la rabbanout rattachee a l'organisation "Hanahal haharedi" qui accompagne le bataillon "Netzae Yehuda", les a felicite et a declare : "en tant que rabbin qui accompagne ce bataillon au jour le jour, que ce soit par des cours de Torah ou de conversations personnelles, je suis tres heureux et emu de voir ces soldats tres motives, comme on n'en voit pas tous les jours. Les soldats sont pousses et ressentent le sentiment de faire quelque chose pour les citoyens d'Israel. Je leur souhaite de reussir et de se renforcer pour la suite de leur chemin".

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli

Tag(s) : #Israel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :