Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Un journaliste hollandais qui s’apprêtait à prendre part à la flottille vient de publier un article extraordinaire sur les organisateurs du navire à destination de Gaza. C’est le témoignage d’une personne qui a ouvert les yeux que vous vous apprêtez à lire. Attention, ce type de témoignage est particulièrement rare, il faut donc en profiter et en faire profiter un maximum !

 


Cela fait 3 mois que je planifie de naviguer avec les militants et de publier mes rapports sur leur voyage. Mais au cours des dernières semaines que j’ai passées en Grèce, j’ai perdu toute foi en la Fondation Néerlandaise pour Gaza, responsable du bateau de la flottille.

 

Les choses se sont gâtées dès le début. Lors de notre première réunion sur l’île grecque de Corfou, nous avons reçu les dernières mises à jour habituelles, puis l’un des organisateurs nous a informés qu’un des journalistes néerlandais avait divulgué des renseignements secrets au plus grand quotidien hollandais au sujet de la mission. L’organisatrice était furieuse: “Personne n’est aussi ouvert que la Free Gaza Fondation”, a t-elle quand même proclamé avec indignation.

 

J’ai travaillé comme journaliste pendant les 25 dernières années, et je n’ai jamais vue une telle organisation fermée.

 

Après ce message de bienvenue, elle a expliquée les règles du jeu pour les journalistes. Il y avait beaucoup, beaucoup de règles non-négociables. “Si vous n’acceptez pas cela, vous ne pouvez pas venir.” Je voulais faire un reportage vidéo sur les deux jours d’entraînement obligatoires, pour montrer la façon dont les militants se préparent pour la mission. Mais l’organisation nous a interdit de filmer pendant de longs moments. Les autres journalistes néerlandais présents et moi-même avons expliqué que nous avions besoin de ces images pour faire notre travail. Mais elle n’a pas voulu nous écouter. «J’ai travaillé avec CNN, Al Jazeera, la BBC, et personne n’a été aussi exigeante que vous, journalistes néerlandais.”

 

Finalement il y a eu un vote des militants et les journalistes ont été expulsé de ces sessions. Nous, les journalistes, avons senti le fossé se creuser sans raison. Nous avons également commencé à perdre la foi et la confiance dans l’organisation, les deux ingrédients essentiels au moment d’entreprendre un tel voyage risqué.

 

null

 

J’ai exprimé un intérêt à me joindre à la mission plus tôt cette année lorsque j’ai entendu dire que les Hollandais allaient envoyer leur propre navire à Gaza pour la première fois. Il y aurait plus de 30 participants, dont des membres éminents de la société néerlandaise. Une délégation italienne de 20 personnes serait également à bord.

 

J’ai ensuite assisté à une réunion après avoir rencontré des militants dans différentes villes en Hollande. Je l’ai ai laissé enquêté sur moi car on me disait “qu’il y a tellement de gens qui veulent se rendre à Gaza que…” Lorsque les organisateurs appelé pour me dire que j’avais passé le dépistage et m’avaient choisi comme l’un des membre du groupe pour mettre les voiles, je me suis senti obligé d’exprimer ma joie.

 

Maintenant, de retour aux Pays-Bas, plus de trois mois plus tard, je me sens trompé. Il n’a jamais été question d’un “groupe restreint”. Il n’y a jamais eu de personnalités néerlandaises intéressées à se joindre flottille de la liberté 2. Au lieu de 32 personnes des Pays-Bas, l’organisation a réussi à réunir seulement huit activistes et quatre journalistes. Hier [lundi], deux autres journalistes ont décidé de quitter le navire avant que le bateau ne quitte le port de Corfou.

 

Depuis le premier jour, les journalistes, dont moi-même, avons posé des questions sur l’organisation hollandaise qui gère le navire, par exemple au sujet du financement. Même des questions simples sur qui paie le navire  ou encore sur la manière qui me serait offerte de brancher mon antenne satellite… La réponse était invariablement: “Je vous répondrais plus tard.”J’attends toujours.

 

Hier matin, j’ai eu une dernière réunion avec les participants. J’ai dit aux militants que compte tenu de tout ce qui s’était passé, ils ne devraient pas avoir confiance en l’organisation de cette mission. Mais tous ont insisté sur le fait que la cause est trop importante pour abandonner. “Nous allons briser le siège et aider le peuple de Gaza”.

 

Good Luck and bon voyage (ndlr : en français dans le texte).

 

Eric Beauchemin

 

De l’article en entier, on peut voir que le journaliste était très sympathique à la cause de Gaza et voulais presque pouvoir faire transpirer son pro-palestinisme dans ses reportages. Mais les membres de Free Gaza aux Pays-Bas étaient tout simplement trop difficile à traiter.

 

Par Niso Amzar – Depuis Elder Of Ziyon - JSSNews

Tag(s) : #Actu

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :