Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

L'ex-journaliste Shelly Yacimovitch s'est imposée mercredi 21 septembre au soir à la tête du Parti travailliste israélien en battant au second tour des primaires l'ancien dirigeant syndicaliste Amir Peretz..

 

null

 

Shelly Yacimovitch a obtenu cette victoire à l'arraché avec 54 % des suffrages exprimés contre 45 % à M. Peretz, selon le dépouillement de plus de 70 % des suffrages exprimés, a indiqué la radio publique israélienne.

 

La radio a précisé que l'issue du scrutin était désormais irréversible, mais que les deux rivaux ne s'exprimeraient qu'après le dépouillement de tous les votes et la publication des résultats définitifs.

 

Après le décompte de 37 000 suffrages exprimés, sur un total de 66 310 électeurs appelés à voter, Mme Yacimovitch a obtenu 20 000 voix contre 16 700 à M. Peretz, a encore indiqué la radio.

 

UN PARTI DIVISÉ

 

Ces résultats "révèlent que le parti est divisé et qu'il devra surmonter cette situation en s'unifiant pour redevenir un acteur consistant sur la scène politique", a commenté Yitzhak Herzog, un des dirigeants travaillistes.

 

null

 

C'est la seconde fois dans son histoire que le parti travailliste nomme une femme à sa direction, après Golda Meir (1969-1974). Coqueluche des médias, et soutenue par la puissante centrale syndicale Histadrout, Mme Yacimovitch a recueilli la plupart de ses suffrages dans les grandes villes, surtout dans le nord du pays, ainsi que dans les kibboutzim (collectivistes), ont indiqué les experts.

 

Son rival a été appuyé par les villages coopératifs, les localités pauvres du sud, les Arabes et les Druzes d'Israël. C'est paradoxalement M. Peretz qui a parrainé en 2006 l'entrée en politique de la nouvelle présidente du parti travailliste, et tous deux devront à présent coopérer après s'être livrés à une âpre bataille.

 

CHAMPIONNE DES INJUSTICES SOCIALES


Aujourd'hui âgée de 51 ans, cette mère-célibataire s'est rapidement imposée à la Knesset en championne opiniâtre de la lutte contre les injustices sociales. Mais, elle ne s'est jusqu'ici pas prononcée sur des questions clés et controversées, comme les conditions d'un règlement de paix avec les Palestiniens. Et elle s'est aussi abstenue de critiquer la colonisation juive en Cisjordanie occupée, au grand dam de la mouvance plus à gauche du parti.

 

Sous sa direction, le Parti travailliste obtiendrait aujourd'hui pas moins de 22 députés à la Knesset en cas d'élections législatives, selon un sondage publié en début de semaine. Il mordrait à la fois sur la base électorale du parti centriste Kadima de Tzipi Livni, et celle du Likoud (droite) du premier ministre Benyamin Nétanyahou.

 

Les Travaillistes reviendraient ainsi sur le devant de la scène politique, après avoir enregistré aux dernières législatives en février 2009 leur pire score historique avec 13 mandats seulement. Leur influence s'est réduite comme une peau de chagrin en janvier 2011 quand leur ex-chef, le ministre de la défense Ehoud Barak, a fait scission pour fonder avec quatre députés un petit parti centriste afin de rester dans la coalition gouvernementale de droite de Benjamin Nétanyahou.

 

http://www.leparisien.fr/international/statut-de-la-palestine-le-no-comment-d-obama-a-sarkozy-22-09-2011-1620051.php

Tag(s) : #Israel

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :