Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

null

 

Lors de la première guerre mondiale, des unités juives aidèrent les Britanniques à chasser les Turcs de Eretz Israël, et dès lors, les hommes de Jabotinsky prirent en charge la libération des terres de l'outre-Jourdain, où existait d'ailleurs un certain nombre de localités juives. Jabotinsky usera de plusieurs arguments pour justifier la restitution de la rive Est du Jourdain au territoire mandataire destiné à l'État juif : l'argument historico-religieux, l'argument juridique, l'argument géopolitique-pratique

  

1) d'un point de vue historique, Eretz Israël s'est toujours étendu sur les deux rives du Jourdain : que ce soit à l'époque de l'installation des douze tribus pendant laquelle trois d'entre elles (Gad, Reuven, une partie de Menashé) habitaient les contrées de Galaad et Bashân, ou que ce soit à l'époque des rois (David et Shlomo) pendant laquelle Israël régnait d'Eilat au sud à Alep en Syrie au nord, et de la Grande mer à l'ouest jusqu'à l'Euphrate en Irak à l'est, que ce soit pendant des périodes de souveraineté totale, partielle ou de domination étrangère, les Hébreux habitèrent de tout temps à l'est du Jourdain. 

 

2) d'un point de vue juridique, Jabotinsky s'élève contre la politique britannique contraire au droit international. En effet, le mandat britannique sur la Palestine, acte de droit international par excellence, qui reconnaissait le lien indéfectible du peuple d'Israël avec la Terre d'Israël et qui faisait suite à la promesse Balfour, avait comme objectif de permettre l'établissement d'un Foyer National Juif sur toute la Palestine mandataire. Or, en 1921 les Anglais détachent la partie orientale de cette Palestine mandataire légalement destinée à l'État juif. La cause de cette amputation n'ayant jamais été donnée, Jabotinsky affirmera que l'alinéa 25 peut interpréter cette “confiscation” comme un “report” de l'application de la législation mandataire, autrement dit, que ces terres arrachées au Foyer National Juif devront lui être restituées. 

 

3)d'un point de vue plus géopolitique-pratique, Jabotinsky rappelle dans un de ses articles en 1937, que la revendication des terres de la rive est ne constituent en rien une provocation à l'endroit des Arabes, ou une demande exorbitante comme il l'était répandu dans les milieux diplomatiques et même dans la direction sioniste d'alors, dans la mesure où sur la rive ouest (26000 km²) vivaient 1.200.000 habitants (et déjà 30% de Juifs) alors qu'à l'est, sur un vaste territoire de 70.000 km² n'habitaient que 300.000 personnes. Autrement dit, l'incorporation de la rive est au futur Etat juif ne modifiait en rien les données géopolitiques de la région. Par ailleurs, il fallait s'assurer suffisamment de place pour installer les millions de Juifs qui viendraient selon le plan jabotinskyen d' “Evacuation” s'installer en Eretz Israël à la suite des persécutions. Il écrit :”de notre côté, nous ne croyons à aucun compromis sur cette question. Il n'y a aucune logique d'exiger que précisément les affamés et les persécutés devront céder. Nous avons besoin d'un endroit pour des millions d'immigrants en danger de mort ; et cet endroit, c'est Eretz Israël des deux bords du Jourdain ; nous nous installerons là-bas, sans chasser ni oppresser personne. Mais c'est pour cela que nous avons besoin de tout Eretz Israël, en son occident et en son orient, et sur cette question, nous ne sommes pas prêts de céder.” 

   

null

   

Aujourd'hui, la revendication des deux rives du Jourdain demeure un symbôle vivant du mouvement jabotinskyen car elle permettra d'empêcher à l'avenir de nouvelles concessions territoriales en rappelant à juste titre, que le peuple juif a déjà été obligé de renoncer aux trois quarts de sa patrie, et qu'il n'y a plus rien à céder.

 

Merci a Myriam !

Tag(s) : #Israel

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :