Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La branche du sport le plus populaire du monde arabe - le football - n'a pas reussi a se sortir du piege des troubles au Moyent-Orient. En Egypte les sponsors se sont enfuis et la selection nationale ne s'est pas qualifiee pour la Coupe d'Afrique, en Tunisie les equipes ont perdu des millions et en Lybie les proprietaires des deux meilleures equipes ont ete executes il y a une semaine.

אוהדי כדורגל במצרים (צילום: AP)

 

On a deja ecrit et on ecrira encore beaucoup sur les consequences du printemps arabe sur les marches locaux. Il n'y a pas un secteur economique non touche par les changements de pouvoir qui a ete accompagne de manifestations et de greves. Un des secteurs qui n'a pas reussi a faire execption a la regle est la branche du sport le plus populaire dans le monde arabe : le football.

 

Outre les consequences sur la branche du point de vue economique, on peut deja constater les consequences professionnels sur le terrain, comme par exemple la non qualification de la selection nationale egyptienne - la selection la plus decoree du football africain - pour la Coupe d'Afrique. Le football en Egypte tient un role central et au fur et a mesure des annees Hosni Moubarak et ses enfants avaient prit l'habitude de venir voir les matchs de la selection.

 

En Egypte : les sponsors se sont enfuis

 

D'un point de vue economique, c'est sans aucun doute le football egyptien qui a recu le coup le plus dur, et principalement trois des meilleurs clubs : Al-Ahali, Zamalek et Ismaeli. Les consequences des pertes financieres importantes se feront ressentir sur le football egyptien dans les annees a venir.

 

צילום: רויטרס

 

D'apres les informations en Egypte, les pertes financieres directes du club Al-Ahali avoisinent les 100 millions de lires (environ 16 millions de dollars). Ces pertes viennent de l'arret du financement par les sponsors qui se sont, pour certains, enfuis d'Egypte. D'autres ont decide d'arreter leurs soutien a cause de l'arret des matchs de la ligue egyptienne. A cause des evenements, Al-ahali a ete elimine des les premiers etapes de la Champions Ligue d'Afrique, ce qui lui a cause encore d'autres pertes financieres.

 

Pour comprendre l'ampleur d'un club comme Al-ahli, il faut par exemple imaginer que l'entraineur portugais de l'equipe, Manuel jose, etait paye, jusqu'au declenchement de la revolution, 70 000 euros par mois. Ces dernieres annees le budget du club etait arrive a 35 millions de dollars. Al-ahali, percu comme l'equipe leader du football egyptien, entretenait de bons rapports avec le parti au pouvoir de Moubarak, et cela se refletait par l'injection de fonds de la part de proches du pouvoir.

 

Meme le reste des clubs ont ete durement touches. La perte de contrats de Zamalek - l'ennemi jure d'Alahali - se porte a 80 millions de lires (environ 13 millions de dollars). Les pertes d'Ismaeli - le troisieme club du pays - se porte a 60 millions de lires (environ 10 millions de dollars). 

 

A toutes ces pertes il faut ajouter evidemment la perte des ventes de tickets d'entree, des publicites, et des publicites.

 

Mais il faut dire que le football egyptien a les capacites de s'en remettre. Le football au pays du Nil est repute comme etant un des meilleurs et des plus competitifs du monde arabe et souleve de l'interet dans tout les pays arabes. Il y a quelques semaines le President de l'Association Egyptienne de Football, Samir Zahar, a annone qu'il a recu une proposition d'achat des droits de retransmission des matchs de la ligue de la part d'une chaine satellitaire, dont le nom n'a pas ete devoile, pour la somme de 170 millions de dollars pour les six saisons a venir. D'apres cette proposition, 85% de la somme irait dans les caisses des clubs. Si la proposition est acceptee, cela pourrait regler une partie des pertes des clubs egyptiens.

 

Tunisie : moins d'argent, moins de pertes

 

Meme dans le pays qui a ouvert la saison du "printemps arabe" le football a ete touche economiquement. Le football tunisien est aussi considere comme etant de bon niveau mais les pertes financieres sont moins importantes qu'en Egypte pour la simple raison que moins d'argent circule autour du football tunisien.

 

Un associe de Ben Ali a ete pendant des annees le President de l'Association Tunisienne de Football et son nom est lie a la corruption dans cette branche. Le football tunisien est devenu ces dernieres annees une serre pour les clubs europeens, et les meilleures joueurs sont vendus a des clubs en France et en Allemagne.

 

אליפות אפריקה בכדורגל. מצרים לא העפילה (צילום: רויטרס)

 

Les evaluations prudentes annoncent que les pertes des clubs se sont montees a au moins 3 millions de dollars depuis le debut de la saison a cause de la fuite des sponsors. Les deux principaux perdants sont les clubs d'Esperansa et de Sahlei qui ont perdu a eu deux 1.5 milion de dollars.

 

En outre, il faut preciser que l'arret des competitions sportives en Tunisie, et du football en particulier, n'a pas eu de consequence sur l'economie mais plus sur le moral des tunisiens. La participation du sport a l'industrie locale ne represente que 0.2% alors que la moyenne mondiale se rapproche des 1.7%.

 

En lybie : le sponsor principal a ete attrape et tue

 

Les deux principaux clubs lybiens, Alensar et Al-ahali ont recu le coup le plus dur du "printemps arabe". La raison ? Les deux clubs etaient la propriete des fils de Mohamad Kadhafi. Le football etait tres apprecie des Kadhafi. Saadi, le fils du dirigeant qui s'est enfuit au Niger, a ete un des meilleurs joueur professionnel de Lybie.

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli

 

http://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4139941,00.html

Tag(s) : #Actu

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :