Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Les reservistes qui attendent dans le sud parlent de leur patience qui s'effrite : "C'est comme si on nous avait mobilise pour faire nou nou nou a ceux d'en face" a declare un soldat. "Ou on entre ou ils nous demobilisent", a declare un autre. Encore un autre a rappele : "des gens avec femmes et enfants attendent ici".

 

נושאים תפילה לפני הפלישה (צילום: רויטרס)

 

Des milliers de reservistes ont ete mobilises la semaine derniere pour participer a une entree terrestre dans la bande de Gaza, mais le retard pris par cette entree, pendant qu'ils attendent dans le sud, fini par les mettre de mauvaise humeur. "Un ordre de mobilisation (Tsav 8) c'est pour faire quelque chose, alors 'yalla' qu'ils se decident", a declare un des reservistes lors d'une discussion avec Ynet. Malgre tout, lui et ses amis precisent qu'ils sont prets a entrer a Gaza a tout moment si au niveau politique ils le decident.

 

צילום: רויטרס

 

Yair, habitant de Jerusalem qui sert en tant que secouriste au sein de la division de Gaza, a ete envoye chez lui aujourd'hui mais devra revenir demain. "Ce n'est pas la premiere fois que l'on nous renvoie a la maison pour quelques heures et qu'il faut se representer le lendemain matin", raconte t'il, "nous avons fini de nous equiper, nous nous sommes bien entraines et tout. Les gens sont arrives pleins de motivations, a plus de 100%, et se sont presentes - et meme des volontaires sont arrives, mais maintenant l'armee n'a deja plus rien a faire avec nous".

 

 

"Une fois que tu es soldat, entraine et tout, d'un coup tu dois attendre de voir le temps passer", ajoute Yair, "on te dit 'va et reviens', ca commence a enerver. Les gens veulent entrer dans Gaza, mais ils disent : ou on entre ou vous nous demobilisez".

 

L'incertitude frustre

 

Meme Ido, de Netanya, qui a ete enrole vendredi, a l'air frustre : "nous attendons ici et la, nous preparons le terrain. Nous avons recu le materiel et il y avait ici une vraie collaboration, mais l'incertitude frustre". Il estime que dans les prochains jours nous saurons dans quelle direction va le vent, "mais a cause de l'incertitude il y a un peu d'impatience, surtout quand ceux qui sont plus grades ne savent meme pas ce qu'il se passe".

 

Ram, qui a servi dans les rangs du 'Nahal', lui aussi parle de son impatience : "les gens commencent a s'impatienter", avoue t'il, "le vent est un peu sorti des voiles, il y a trop de discussions pour savoir si on entre ou pas, on parle on parle mais on ne decide pas. Des gens avec femmes et enfants attendent ici, Tout le monde veut savoir ou on va. Mais si on entre, peu importe quand, on donnera tous ce qu'il faut pour ca".

 

 

Gilad est parachutiste et a ete enrole vendredi, il comprend un peu mieux la situation. "Il n'y a rien a faire", declare t'il, "il y a des evaluations, et une partie du probleme c'est d'attendre et d'etre pret. Par le passe on s'est plaints qu'il n'y avait ni ordre ni organisation, cette fois ils se sont inquietes de bien preparer les troupes".

 

Malgre tout il comprend la frustration de la majorite des reservistes. "Ce n'est pas simple d'etre dans cette situation statique et sans rien savoir. Meme les informtions des medias qui disent qu'Israel n'entrera pas dans Gaza enervent, mais c'est une partie du probleme. Nous serons contents s'il y a une bonne decision pour le sud, mais nous sommes prets a tout moment si necessaire, meme si il faut attendre encore quelques jours. Meme ceux qui se plaignent le plus vous diront cela".

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

Tag(s) : #Israel

Partager cet article

Repost 0