Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
Les 'stars' du clip qui montre la confrontation d'enfants palestiniens avec des soldats sont connues de l'agence de presse 'Tatspit' (observation), qui montre la vue juive de ce qu'il se passe dans la region. "Ils font des provocations pour qu'un soldat craque et donne un coup", declare-t-on a l'agence. Les palestiniens : "des enfants sous occupation ne distribueront pas des fleurs aux soldats".
 
הרוגטקה מכוונת לכאורה לעבר כוחות הביטחון (צילום: אהוד אמיתון, סוכנות תצפית)
 
Provocation en chaine ? Le clip qui a ete mis en ligne en debut de semaine et qui montre des enfants palestiniens qui crient et menacent du poing les forces de Tsahal proches du village de Nabi Saleh continue de faire un scandale. Certains disent meme que la petite fille qui represente le personnage central dans le clip provoque methodiquement les soldats qui se trouvent sur place.
 
 
Les images tournees par l'agence de presse 'Tatspit' montrent la petite fille dans differentes situations alors qu'elle crie sur des soldats et des officiers, y compris le commandant de division de Judee-Samarie, le colonel Hagi Mordekhai. Un autre enfant est filme alors qu'il fait tourner une fronde avec ce qu'il semble une possible volonte de jeter une pierre sur les forces de securite.
 
null
 

Les emeutes qui ont lieu tous les vendredis dans la region du village de Nabi Saleh sont devenues la routine des soldats et des policers 'Magav' (gardes-frontieres) qui sont en service dans la region. Le village fait de nouveau la une des journaux grace au clip qui montre la provocation des enfants palestiniens face aux soldats israeliens, et tout ca pour pouvoir montrer des soldats qui se battent contre des enfants.
 
L'agence de presse 'Tatspit', qui documente, du cote juif, ce qu'il se passe en Judee-Samarie a trouve des photos, tout de suite apres la publication du clip, qui montrent qu'il ne s'agit pas d'un incident isole mais bien d'une action methodique. Selon 'Tatspit', pendant ces actions methodiques, les enfants du village sont envoyes afin de provoquer les soldats et les amener a repondre avec violence. Le but : la publication de photos embarrassantes de soldats israeliens violents.
 
 

Ehud Amiton, qui dirige l'agence 'Tatspit', qui documente en permanence les incidents dans la region raconte qu'il s'agit d'actes qui se reproduisent toutes les semaines. "Il faut comprendre qu'il s'agit d'une realite qui se reproduit tout le temps, les enfants sont envoyes en avant par leurs meres et provoquent les soldats avec cynisme pour provoquer les soldats en esperant que l'un d'eux pousse un peu trop fort un enfant ou fasse quelque chose de deplace, alors qu'un nombre important de cameras les accompagne".
 
Amiton, qui a lui meme filme les enfants qui apparaissent dans le film qui a seme la tempete, a identifie la petite fille qui semble supplier pour que les soldats liberent son frere arrete plus tot. "Elle crie que l'on a arrete son frere et son comportement semble etre justifie par ca", raconte Amiton, "mais je la vois la-bas beaucoup en train de provoquer les soldats. Elle a ete envoyee par sa mere et vois ca comme un jeu. Il faut feliciter les soldats qui ne se laissent pas entrainer dans ce genre de provocations".
 
הילדה נשלחה להתעמת גם עם מפקד האוגדה (צילום: אהוד אמיתון, סוכנות תצפית)
 
Un grade de Tsahal a exprime sa satisfaction face au sang-froid des soldats. "On nous observe en permanence et on nous place dans des situations pas faciles", a t-il declare. "Les provocateurs savent aussi aller vers ceux qui semblent perdre vite patience, mais nous savons aussi faire face, et comme la police, nous connaissons et preparons nos soldats a cela".
 
Les palestiniens : "les victimes sont les villageois"
 
La petite palestinienne filmee est la fille d'un des chefs des comites de resistance du village de Nabi Saleh. Son pere a ete libere en mars dernier apres avoir purge 13 mois de prison pour avoir organise des manifestations illegales et des jets de pierres. Il avait aussi ete condamne a 17 mois de prisons avec sursis. Il y a deux semaines, il a ete de nouveau arrete apres avoir participe a une manifestation organisee par les comites de resistance dans la region de 'Shaar Benyamin'.
 
null
 
Abir Kopti, la porte-parole du comite qui organise 'la lutte populaire', a repondu en reaction aux declarations de l'agence de presse 'Tatspit' que "il s'agit d'une tentative desesperee de mettre la responsabilite sur la population civile, y compris les enfants, et de montrer les soldats en armes comme etant des victimes. Les vraies victimes dans cette histoire sont les habitants de Nabi Saleh dont les terres ont ete volees par les colons sous la protection de l'armee. Leurs enfants sont jetes dans les prisons israeliennes, se font tirer dessus par les soldats et paient meme de leur vie leur choix de manifester. Ceux qui attendent de ces enfants qu'ils distribuent des fleurs aux soldats ne comprennent pas ce qu'est la vie sous occupation".
 
Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli
Tag(s) : #Israel

Partager cet article

Repost 0