Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Ils attendent longtemps pour chaque soin et chaque radio, ne se lavent pas et craignent un malheur. Mais nombre des malades soutiennent encore les infirmieres en greve depuis deja plus de 10 jours. "Elles meritent un prix Nobel, pour les partis politiques, il y a de l'argent pour les elections, mais pour les malades ?"

 

בית החולים ברזילי.

 

"J'appuie sur la sonnette pour appeler une infirmiere et on ne me repond qu'apres une demi heure dans le meilleur des cas", declare un malade hospitalise. Un autre raconte qu'il ne s'est pas lave depuis trois jours. Un troisieme s'est equipe d'un sifflet pour attirer l'attention. Mais il semblerait que tout ceux qui ont parle avec Ynet se mettent d'accord pour dire que les infirmieres meritent plus, ainsi que les malades.

 

בית החולים ברזילי.

 

Jerry Hel, habitant d'Eilat age de 55 ans, est hospitalise depuis deux semaines dans un service interne de l'hopital Yosfetal de la ville d'Eilat. Il est arrive a l'hopital avant la greve des infirmieres et ressent les consequences de la greve depuis qu'elle a commence. "J'appelle l'infirmiere et ca prend au moins une demi heure jusqu'a ce que quelqu'un arrive. J'ai remarque que les medecins travaillent a la place des infirmieres et font exactement ce que font les infirmieres en general. Je comprends le combat des infirmieres, je vois le travail qu'elles font ici. Je n'aurai pas voulu faire ce travail. Elles changent les couches et travaillent dur".

 

"Je pense qu'il faut leur donner ce qu'elles veulent. Il est ou le probleme ? Il y a de l'argent pour construire dans les implatations et pour les infirmieres qui sauvent des vies il n'y en a pas ? Que Bibi et ses amis mettent la main a la poche, qu'ils lachent un peu d'argent, on parle d'infirmieres qui sauvent des vies tous les jours", declare Jerry Hel.

 

צילום: מאיר אוחיון

Jerry Hel

 

Meir Fidler, rescape de la shoah age de 83 ans, est arrive a Eilat pour des vacances, mais il s'est senti mal  et a ete hospitalise dans l'hopital de la ville. "Les infirmieres travaillent en garde reduite et travaillent comme des folles, sans s'arreter un instant. Ca fait deja trois jours que je ne me suis pas lave. Mon petit fils, qui est soldat, est venu me rendre visite et m'a aide a faire ma toilette parce qu'ici il n'y a pas assez de personnel. Depuis je ne me suis pas lave parce qu'il n'y a personne pour m'aider".

 

"Je veux demander au ministre des finances, pour les partis politiques il y a de l'argent pour les elections ? Mais pour les malades ? Je vois ce que les infirmieres traversent ici, que le gouvernement change de politique et trouve les budgets pour ca, qu'il prenne l'argent destine aux partis politiques pour les elections et qu'il s'occupe des infirmieres pour qu'elles puissent s'occuper correctement des gens. Si la greve continue, ca va amener a une catastrophe, des gens vont mourir. J'ai tout simplement pitie pour les infirmieres, elles meritent un prix Nobel. Je leur tire mon chapeau. Que Steinitz se pose et reflechisse a ce qu'il peut faire pour elles".

 

צילום: מאיר אוחיון

Meir Filder

 

Shlomit Shimoni, habitante d'Ashdod agee de 49 ans, est hospitaliee dans un service de l'hopital Barzilai d'Ashkelon et elle salue le travail des infirmieres. "Elles viennent moins souvent dans les chambres mais elles continuent de soigner les gens convenablement. Ce n'est pas tout le monde qui aurait continue de travailler comme ca alors que son patron le maltraite de cette maniere, je pense que cette greve est justifiee parce que leur travail est long et interminable et qu'elles doivent faire face a des problemes pas agreables du tout. J'ai deja vu une infirmiere s'endormir sur sa chaise pendant son travail. Il n'est pas possible que des gens travaillent si dur jusqu'a en arriver a perdre ainsi leurs forces".

 

צילום: אבי רוקח

Shlomit Shimoni

 

Elimelekh Scheps, age de 55 ans du moshav Ahouzam, est aussi hospitalise a Barzilai, et critique l'abandon des services par les infirmieres, tout en comprenant les infirmieres. "Les infirmeres qui ont abandonne leurs services mardi ont fait quelque chose qui est contraire a toute morale, mais en meme temps elles doivent penser a leurs enfants et a leur famille. Pour cette raison je veux qu'elles recoivent grace a cette greve ce qu'elles meritent". En attendant il fait face a ce manque de personnel avec sa femme qui est avec lui du matin au soir.

 

"Aujourd'hui, ma femme m'a amene un sifflet que je porte autour du cou parce que quand je sonne pour appeler les infirmieres elles ne viennent pas, peut-etre que le sifflet les fera venir a moi avant les autres. Il n'est pas possible que le gouvernement d'Israel jette aux chiens celles qui nous soignent, des citoyens qui se trouvent parfois dans des situations difficiles, juste parce que soit-disant il n'y a pas de budget a cause des elections".

 

שפס.

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

Tag(s) : #Israel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :