Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Contrairement a l'idee etablie dans le judaisme culturel, le professeur Michael Satlow pretend qu'il y a eu des changements radicaux a l'epoque du second Temple. Selon lui, ce n'est que quand Ezra le Scribe posa la question "qui est juif ?", que ce mot trouva sa force et que les rabbins devinrent une source d'autorite.

 

 

Si vous demandez au professeur Michael Satlow quand a ete creee la religion juive, sa reponse sera : pas a l'epoque d'Avraham Avinou, pas plus qu'a l'epoque de Moshe Rabenou. "Il est difficile de parler de judaisme dans le Tanakh, parce qu'il n'etait pas comme ca", declare t-il.

 

Selon Satlow, professeur a l'universite 'Brown' de Rhode Island, le judaisme n'est ne que quelques centaines d'annees plus tard, quelque part entre l'epoque d'Ezra le Scribe et les Tanaim, les sages du 1er et 2eme siecles apres JC.

 

"La periode qui etait avant l'autorite rabbinique et la Halacha etait differente. Ils se sont circoncis, entre autres, ils respectaient le shabbat, oui, mais pas comme nous comprenons le shabbat et ses regles aujourd'hui. Ils respectaient la casherout, encore, selon leurs regles, que nous ne connaitrons peut-etre jamais exactement", declare Satlow. "Il y avait des traditions culturelles, des ceremonies nationales, mais tout le monde ne les respectaient pas de la meme facon. C'etait un format bien plus souple et moins organise et systematique que ce que nous connaissons de nos jours".

 

"Traditionnellement, la puissance de la transmission pere-fils avait une importance considerable. La source d'autorite spirituelle etait les Cohanim. Quand un enfant d'Israel avait besoin d'un conseil ou de comprendre ce que le Createur veut de lui, il se tournait vers un Cohen, et non pas vers un rabbin. Les rabbins n'ont commence a prendre de l'autorite qu'apres la destruction du Temple. Jusque-la, ils n'etaient que secondaires pour le peuple, et encore plus par rapport aux Prophetes et aux Cohanim".

 

Selon Satlow, une partie de son travail est consacre a comprendre quelle etait la dynamique du peuple, celle qui a amene les rabbins a devenir la source de l'autorite spirituelle. "C'est important, parce que meme aujourd'hui, il y en a qui se servent de la meme autorite historique pour justifier des concepts religieux et politiques", declare t-il.

 

Ezra le Scribe sous steroides

 

Le debut de ce processus de reformes est cache, d'apres Satlow, dans le livre d'Ezra. "Huit mois se sont ecoules, en tout et pour tout, entre l'apparition d'Ezra et sa disparition. A son epoque, seules quelques personnes isolees voyaient en lui une source d'autorite".

 

"Pendant de nombreuses annees, le Livre d'Ezra fut considere comme un livre exterieur, un parmi tant d'autres. Ce n'est que plus tardivement que les generations de rabbins qui se sont succedees y ont trouve la cle pour fonder la nouvelle méthode, et qu'ils l'ont inclus dans le Tanakh".

 

Qu'y-a-t-il dans Ezra dont les rabbins avaient besoin ?

"Ezra etait un revolutionnaire sur bien des points. Les rabbins l'ont pris et l'ont amene au stade suivant - 'Ezra le Scribe sous steroides'". Selon Satlow, Ezra a ete le premier a s'occuper du sujet tellement populaire a notre epoque : l'identite juive. Il a demande : "qui est juif ?" Et a meme parle de conversion et de mariages mixtes". Satlow explique encore que le mot 'Dat' (religion), qui est un mot perse dont le sens est : loi religieuse, est entre dans le judaisme a la meme epoque.

 

"L'utilisation qu'a fait Ezra du Tanakh a permis aux rabbins de baser la volonte du Createur du monde non pas sur les conseils des Cohanim ou la vision des Prophetes, mais sur le mot ecrit - et ainsi fut cree le peuple du Livre", declare Satlow.

 

Le Talmud est base sur la methode grecque

 

Satlow, qui reside en ce moment en Israel en tant que chercheur a l'institut 'Albright' de Jerusalem, dans le cadre du programme Fulbright d'echange de professeurs et d'etudiants entre Israel et les Etats-Unis, a publie dernierement un livre appele 'Creating judaism', dans lequel il cherche a comprendre la difference entre les differentes communautes juives a travers l'histoire et le monde, ainsi que leurs similitudes. "Qu'y-a-t-il de commun entre les sages de Babylone, Rambam, les auteurs du livre du Zohar et les juifs laics ?", questionne la quatrieme de couverture de son livre.

     

 


Dans son livre, Satlow enquete sur les Gaonim, les sages de Babylone, les juifs de l'age d'or en Espagne, les Hasidim de l'Europe de l'est du 19eme siecle, et meme les juifs qui sont arrives en Israel et aux Etat-Unis apres la 2eme guerre mondiale.

 

"Le judaisme n'est pas pur. Il n'y a aucune culture pure", precise-t-il. "Chaque nation a integre en elle des choses qui leur etaient communes a une certaine epoque. La culture americaine, par exemple, se retrouve meme a des endroits ou on declare ouvertement sa haine envers l'Amerique. Ils la detestent, mais on y trouve beaucoup d'elements americains et ils les transforment pour qu'ils deviennent a eux. La meme chose s'est passee avec le judaisme, et pas qu'un peu".

 

Satlow est persuade que meme les sages de la Guemara n'ont pas emerge du vide. "Ils vivaient apres des centaines d'annees de pouvoir grec en Eretz, ils ont enregistre depuis leur plus jeune age la logique grecque et leur mode de pensee. Que fait un jeune intellectuel grec qui veut apprendre ? Il se joint a un groupe de philosophes et developpe ses talents et sa comprehension a l'aide de discussions et de disputes philosophiques. Les jeunes juifs ont fait exactement la meme chose", declare-t-il.

 

"En general, les groupes d'intellectuels avaient de bonnes assises economiques, et ils se reunissaient autour d'un penseur juif, c'est-a-dire un rav. Le Talmud est base sur la methode grecque, les sages juifs et leurs eleves se sont juste servis de cette plateforme de logique pour comprendre avec son aide la volonte du Createur. Ici, par exemple, commence le passage entre la tradition et la loi de la logique : la Halacha. Ici se sont transformees les traditions en systeme unique et methodique".

 

"Il est important de preciser que les sages ont grandi dans cette atmosphere. Cela ne leur etait pas etranger, et cela ne leur paraissait pas faux, au contraire. Il est possible de voir beaucoup de points communs entre les principes grecs ou romains de leur temps, et la methode de dissection du texte et les lois que les sages juifs en ont tires. Ils voyaient dans le Tanakh un texte de base qui a une influence concrete sur le present. Les grecs faisaient la meme chose, mais avec Homere". 

 

Comprendre nos peres

 

Le professeur Satlow sait tres bien, que contrairement au campus vert et calme qu'il a laisse a Road Island, en Israel, les divisions autour des questions de religion et de l'Etat sont fatidiques, il ne s'agit pas que de recherches universitaires ou de theories, parce que dans la realite de la vie quotidienne, il y a de nombreux conflits tres complexes.

 

"J'aime ca", reconnait-il avec le sourire. "C'est tres fort d'etudier ces sujets-la, surtout ici. Aux Etats-Unis, le nombre de juifs est faible, et ces sujets ne sont pas pertinents en dehors du monde universitaire. La-bas, les recherches sur le judaisme ont peu d'effets, ici c'est different".

 

Tu as conscience que tes idees vont avoir du mal a etre digerees pour une certaine partie des israeliens ?   

"J'ai de la chance, je parle de gens morts, les morts ne parlent pas, sauf a certains qui se sentent obliges de parler en leurs noms", declare t-il.

 

"Mon but est universitaire. Il n'y a pas de jugement ou de critique, et je ne revendique pas de diriger un dialogue halachique ou religieux, ce n'est pas mon sujet. Je veux surtout amener les gens a reflechir a leur passe national. A la vie complexe que menaient ici leurs peres, des gens sages qui avaient une vie tres difficile et complexe. Comprendre leur histoire et peut-etre meme apprendre une chose ou deux sur eux-memes".

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

Tag(s) : #Judaisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :