Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

            



Le Bagel est plus qu'un aliment, c'est une legende !
Le Bagel se mange quand on a un creux, quand on veut grignoter, ou quand on veut bien manger. Certains le mange meme en ecoutant de la musique Klezmer, il parait meme qu'on peut le tremper dans un verre de vodka !?
Quoi qu'il en soit on apprendra ci dessous qu'il est vieux comme le monde puisque inventer par Moshe Rabbenou. De la a dire qu'il etait ashkenaze... 
Quoi qu'il en soit il ne se demode pas et ne rassi pas.
A n'en pas douter cet article vous donnera envie d'en manger, et quand vous aurez fini il vous restera toujours le trou pour mediter !

Article ecrit par mon ami Frederic Liberman sur le Blog Bortch.com et reproduit avec son autorisation.



Comme la plupart des hommes, je me pose plein de questions.
«Vais-je réussir ma vie ? ... »,
«Pourquoi Windows plante ?... »,
«Qui est Jean Sarkozy ? ...».
Bon, mais en tant que juif ET ashkénaze, je me surprends à
poser de plus fondamentales questions encore :
Quel objet est symbolique de « l’ashkénazité » ?


J’ai réfléchi longuement, très longuement, très très longuement, caressant ma barbe imaginaire. Et j’ai trouvé une

réponse évidente : Le Bagel. Vous savez ce petit pain rond avec un grand trou, parsemé de graines de pavot, cumin ou de sésame. LE Bagel, du yiddish בײגל "beygl".


Il fût inventé en 1683 par un boulanger de Cracovie qui voulait rendre hommage au roi Jean III Sobieski de Pologne qui repoussa d’une charge de cavalerie les turques des abords de Vienne. Mais ce n’est pas pour cela qu’il symbolise toute la culture ashkénaze, non. La raison principale est Sa Forme : rond avec un grand trou au milieu.

Je m’explique : Le rond est une des formes les plus accomplies, vous êtes d’accord. C’est net, rien à redire. Grâce à elle, il est facile de ranger les bagels, on peut les accrocher ou les empiler. Ils ne risquent pas de se casser comme les bretzels ou dépasser du sac comme la baguette.

Puis le rond, c’est le symbole de la vie dans la philosophie Zen. D’ailleurs les juifs passent leurs temps à louer la vie. On a d'ailleurs essayé de la garder tout au long de l’histoire.Regardez bien les Schtreïmels (chapeaux de fêtes) des hassidim, eux aussi sont ronds. Il s'agit d'une couronne de fourrure avec un trou au centre. Presque un Begel en vison ou martre.

Ensuite, le bagel est un petit pain. Le pain c’est l’aliment universel par excellence que l’on soit riche ou pauvre, juif ou pas d'ailleurs, du pain c’est du pain. Mais surtout, il y a un trou. Et là réside tout le sens du bagel. Qu’est-ce qu’un trou ? Le trou est un espace entre deux éléments qui leurs permet d’avoir du sens.


En écriture hébraïque les lettres ne se touchent pas, c’est le trou entre les lettres qui donne le sens au groupe de lettre et forme ainsi un mot. De même que les trous entre les mots forment une phrase et que les trous entre les phrases formes des chapitres, des livres et Le Livre. Nos sages ne disent-ils pas que le monde fût créé dans un grand mouvement de rétractation formant ainsi un vide permettant la création du monde.

Par ailleurs, Sholeim Aleichem, dans les « Contes ferroviaires » nous raconte que les juifs de Chelm étaient persuadés que le trou était si important, que le rabbi envoya une délégation acheter des trous pour les collectionner. Ceux-ci partirent à pieds vers la ville la plus proche et au bout de 3 jours atteignirent la dite ville et au marché achetèrent des bagels. Mais comme ils avaient faim ils mangèrent les bagels et revinrent les mains vides, dépités. Rassurant, leur rabbi leur dit : « Ce n’est pas grave puisque vous avez ramenés les trous ».

 



Contrairement à ce que l'on peut penser, il ne s'agit pas d'une simple pâte à pain cuite ou d'une brioche de forme circulaire, comme celles que l'on trouve dans certaines viennoiseries. Non, les achkénazes l'admirent aussi pour la complexité de son élaboration qui en fait l'un des pains les plus sophistiqués. En effet, il nécessite non pas une, mais deux types de cuissons. La première à l'eau (poché), la seconde au four. « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? » Une question bien ashkénaze.

 

Je vous le dis le bagel est le symbole de notre culture ashkénaze, vivante et inventive.

Regardez encore un peu : Bagel en lettres hébraïques s’écrit :
Bet : B,
Guimel : G,
Lamed : L

Le Bet B c’est Beït la maison en hébreu.
Le Guimel G c’est Guenie, Le génie.
Le Lamed L, c’est Lilmod le verbe étudier en hébreu.
Donc le BAGEL, c’est la maison du génie pour étudier.

Pensez-y la prochaine fois que vous irez chez Katz à New York ou rue des Rosiers à Paris.
Le bagel, c’est un petit pain avec un grand trou mais il est plein de sens !

Fred LIBERMAN
Pour Bortch.com


Le Bagel Drive : La clé USB des Ashkénazes.

 

Tag(s) : #Culture

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :