Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

A l'occasion des 70 ans de l'insurrection polonaise a Varsovie contre les nazis, un nouveau film va etre projete, il est compose d'images d'epoque sur lesquels ont ete ajoutees du son et de la couleur. Pour l'instant, un trailer est sorti, afin d'essayer d'identifier les gens qui ont ete filmes. Une de ces personnes a ete identifiee, elle a 91 ans.

 

 צילום: AP
Witold Kiezun

 

 צילום: AP
Witold Kiezun a aujourd'hui 91 ans

 

Les insurges se mettent a l'abri du feu ennemi derriere des barricades, ils tirent au lance-flammes, les femmes et les enfants courent entre les batiments bombardes, les hommes extraient des corps des debris. Ces scenes ont l'air sorties d'un film hollywoodien, mais elles font partie des films historiques datant de l'insurrection de Varsovie en 1944, l'insurrection polonaise contre les nazis qui a echoue. Ils se sont servis de la technologie moderne pour mettre du son et de la couleur sur les bandes originales et en ont fait un film. 

 

Les seuls elements qui ont ete ajoutes a ce film sont des voix et des bruits en fond sonore qui participent au recit afin de relier le visuel a l'histoire : deux freres sont dans les rues de la capitale afin de documenter l'insurrection polonaise contre l'envahisseur allemand et ils racontent ce qu'ils voient de leurs propres yeux, de la soupe populaire jusqu'aux ruines.

 

"L'insurrection de Varsovie" est un document etonnant sur la lutte de maison en maison contre l'armee allemande, qui a commence le 01 aout 1944 et a pris fin apres 63 jours avec la reddition des insurges et la mort de 200 000 d'entre-eux et de civils. Dans le film ont ete melanges des parties violentes en noir et blanc filmees par l'Armia Krajowa, ou l'armee de la patrie, le mouvement de la resistance polonaise. L'equipe du musee de l'insurrection a ajoute de la couleur et du son qui donnent au film et aux personnages une impression plus reelle, et les techniques modernes de realisation ont permis de produire le film final.

 

Le film sera diffuse en Pologne et dans le reste du monde a partir de l'annee prochaine, un peu avant l'anniversaire des 70 ans de l'insurrection. Entre-temps le musee a sorti un trailer du film sur son site internet afin de tenter d'identifier les personnages que l'on voit sur la pellicule. Certains ont deja ete identifies : le combattant filme avec un uniforme nazi vole a l'ennemi, qui tient une mitrailleuse et des munitions, s'appelle Witold Kiezun, il a aujourd'hui 91 ans, et est professeur d'economie et de gestion des affaires a Varsovie.

 

"J'etais sur le chemin de retour a ma base quand ils m'ont arrete pour me filmer", raconte Kiezun, qui a travaille pour l'ONU au Burundi. "Je leur ai souris parce que j'etais tres content, nous venions juste de remporter une bataille et de nous emparer de la mitrailleuse, une prise de guerre de grande valeur. Mon sac etait plein de grenades".

 

Si quelqu'un mourait il mourait pour de vrai

 

Les historiens et les cineastes ont travaille deux ans sur ce film de 90 minutes. Le realisateur Jan Komasa a produit l'histoire, alors que la bande son a ete realisee par le directeur du son Bartosz Putkiewicz, qui a ete responsable des dialogues et des effets sonores.

 

L'authenticite a ete la premiere des priorites. Les cineastes ont enregistre les sons des tirs en se servant des memes armes que l'ont voit dans le film. Des specialistes de la lecture sur les levres ont observe les personnages afin que les doublures son puissent donner la parole aux personnages filmes. Les historiens ont interviewe les combattants encore en vie et ont etudie avec eux des milliers de photos d'archives afin d'arriver a reproduire la couleur et l'apect visuel de chaque vetement, objet et endroit.

 

Les visages sont poignants

 

Une femme avec le visage noir de suie et les cheveux ebourrifes semble etourdie. Un homme avec des bandages regarde la camera et il a dans les yeux une tristesse impossible a decrire. Entre la mort et le chaos, les insurrges profitent quand meme des moments de calme et de rires : l'un d'entre-eux ecarte ses mains en feignant le desespoir a cause de l'etat de ses chaussettes. Un autre s'entraine a l'escrime, heureux comme un enfant.

 

 null

 null

 null

 null

 null

 null

 

L'Armia Krajowa a filme tout cela a des fins historiques et politiques - gagner l'adhesion de la nation a sa cause et montrer le courage polonais face a l'armee d'Hitler. Le directeur du musee, Jan Oldakowski, reconnait que certaines des scenes de combat sont des reconstitutions realisees par les insurges qui y ont participe. Il est meme possible que les equipes d'Armia Krajowa aient donne des consignes aux insurges et aux habitants de Varsovie qui ont ete filmes.

 

Malgre tout, l'historien du musee, Piotr Sliwowski, a declare que les films sont reels et fiables. "quand quelqu'un pleure dans le film, il pleure vraiment, quand quelqu'un est heureux, il l'est vraiment, quand quelqu'un est mort, il est vraiment mort", precise t-il.

 

 צילום: AP
La cour du musee de l'insurrection a ete recouverte des photos du film

 

 צילום: AP
Piotr Sliwowski l'historien du musee
 
 צילום: AP
Jan Oldakowski le directeur du musee de l'insurrection


L'insurrection a commence apres 5 ans d'occupation nazie. Des milliers d'habitants de Varsovie, jeunes gens armes, des amis de l'armee nationale secrete, ont demande a prendre le controle de la capitale avant que l'armee rouge n'arrive, ne l'occupe a son tour et qu'elle tombe entre les mains d'un autre regime deteste. Sans aide et sans provisions, les insurges se sont rendus au bout de deux mois. La punition fut terrible : les insurges furent envoyes dans les camps de la mort, dont Auschwitz, et la majorite de la ville fut detruite par des bombardements.

 

 

 

L'idee de ce film est nee dans le cerveau du directeur du musee, Jan Oldakowski, quand son jeune fils lui a demande pourquoi les gens des documentaires sont en noir et blanc avec le visage tellement sombre. "Ca a ete une idee folle, mais nous avons decide de raconter la verite et de faire cela selon des criteres actuels en supprimant le noir et blanc".

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.


Tag(s) : #Actu
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :