Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

L'affaire Al-Dura presente de nouveau deux camps : d'un cote ceux qui se battent pour la verite, comme le philosophe Pierre-Andre Taguieff, qui entre dans les chaussures d'Emile Zola. Et de l'autre cote, le journal 'Haaretz', qui insiste sur le fait qu'Israel tue beaucoup d'enfants, et qui refuse que cette affaire s'arrete, ainsi que ce qui en a fait un mensonge.

 

 

L'affaire Mohammed Al-Dura est bien plus qu'une histoire. Elle est meme bien plus qu'une histoire qui est devenue un symbole. Quand Ehud Barak, alors premier ministre d'Israel, est arrive en visite en France, il lui a ete dit que "le meurtre d'enfants n'est pas une politique". Pierre-Andre Taguieff, qui est un important philosophe francais, a ecrit un long essai sur cette affaire, tout en precisant qu'il s'agissait d'une version moderne de l'intrigue sur "les meurtres d'enfants" : a l'epoque c'etait une etiquette qu'on mettait sur les juifs. Maintenant, on la met sur Israel. Taguieff n'est pas juif, et n'est pas excentrique. Il persiste a nager contre le courant qui domine en France et chez certaines elites en Israel. Il n'est pas seul, mais c'est un combat mene par des gens isoles, qui vont sur les traces d'Emile Zola. Il faut les saluer, mais surtout se battre pour la verite.

 

Jamal Al-Dura, le pere de Mohammed, a declare cette semaine qu'il est pour une enquete internationale. Il n'est pas clair si l'enfant est mort ou vivant, mais il est clair que l'affaire n'est pas morte. En ce qui concerne une enquete objective, il semblerait qu'un accord ait deja ete passe, justement en France, suite au jugement mouvemente de la plainte de 'France 2' contre Philippe Karsenty, ce juif qui a mene un combat acharne contre la chaine. Le docteur Richard Prasquier, responsable du CRIF, a propose une enquete de ce genre. Finalement la chaine a accepte. Quand l'enquete a commence, la chaine a insiste pour d'abord interroger le pere, Jamal, afin de savoir si ses blessures decoulaient de l'incident. Qu'en est-il advenu de l'enquete ? J'ai demande cette semaine a Prasquier. La chaine a envoye une lettre dans laquelle elle pretend qu'Israel n'a pas permis a Jamal Al-Dura de sortir de la bande de Gaza. Prasquier lui-meme s'est adresse aux autorites israeliennes, et il lui a ete declare, de facon claire, qu'aucune demande n'a ete formulee, et donc aucune interdiction de sortie n'a ete formulee au sujet de la sortie de Jamal de la bande de Gaza. J'ai appele Jamal Al-Dura. "Israel ne t'a pas laisse sortir?", lui ai-je demande. Il ne savait pas de quoi il etait question. Personne ne l'a invite en France.

 

Ainsi, il y a ici quelqu'un qui ment. L'enquete, qui a ete mentionnee ici meme, n'a pas ete realisee. Il faut croire que ca a ete le moyen choisi par 'France 2' pour echapper a un controle objectif, qu'elle ne voulait pas depuis le debut. En fait la chaine a evite de montrer le film en entier, et ceux qui l'ont vu ont compris qu'il s'agissait d'un montage. Il s'agit de journalistes francais, notamment ceux de gauche, ils ont vu le film en entier et ont compris que l'accusation portee contre Israel est fausse.

 

Des tueurs d'enfants

 

Cette semaine il s'est passe deux autres choses, qui ont ramene cette histoire a la une. Tout d'abord, la publication du rapport du ministere des affaires strategiques, qui est arrive a la conclusion tant attendue. Le probleme n'est pas le resultat, mais le temps qu'il aura fallu attendre pour voir cette publication. La deuxieme chose qui s'est passee, ou plus justement qui aurait du se passer en France : mercredi, le jugement du tribunal concernant la plainte de 'France 2' contre Karsenty, devait etre rendu. Cette affaire a deja connu plusieurs rebondissements. Ce jugement devrait deja etre rendu depuis deux mois. Les juges avaient alors declare, quelque chose de rare : avoir du mal a prendre une decision. Mercredi, alors que toutes les parties etaient deja presentes, et que les medias s'etaient deplaces pour entendre la decision, les juges, de maniere encore plus exceptionnelle, ont annonce un nouveau retard, ils ont toujours du mal a se decider.

 

Alors qu'en France les juges hesitent encore, il y a en Israel quelqu'un qui sait deja tout : le journal 'Haaretz'. Un article publie mardi dans ses pages sous le titre 'Propagande nocive', attaquait le rapport israelien, et tous ceux qui qui se battent pour la verite. Ce n'est pas l'affaire Dreyfus, mais tout le monde sait dans quel camp se trouve ce journal, a l'epoque c'etait le camp des antisemites, aujourd'hui c'est celui des antisionistes. Afin que sa position dans cette affaire soit claire, le journal a ajoute a son article la reaction pavlovienne, tellement previsible, qui voudrait que Tsahal tue de nombreux enfants. Alors, en quoi c'est important si ce Mohammed Al-Dura, qui est devenu un symbole, ait ete tue par Tsahal. Il y a une epoque ou les gens qui faisaient ce genre de declarations etaient des activistes et des organisations gauchistes antisionistes, aujourd'hui, c'est le journal 'Haaretz', qui essaie de prouver sa theorie a l'aide des donnees fournies par 'B'tselem' : "Israel  a tue 951 enfants et adolescents a Gaza et en Judee-Samarie entre 2000 et 2008", alors il faut mener une enquete sur "tous les enfants qui ont ete tues par les soldats de Tsahal lors de la deuxieme intifada", continue le journal. Ce n'est pas que ce journal ait controle. Ce n'est pas que ce journal ait enquete. Ce n'est pas que ce journal ait presente des donnees qui demontrent que Tsahal tue des enfants deliberement, ou au-dela de toute proportion, ou au-dela de ce qu'il a ete juge acceptable lors d'autres conflits. Mais ce journal est fort en une chose, les accusations malveillantes. Taguieff, qui a ecrit sur le passage de l'antisemitisme a l'antisionisme, ne sait meme pas combien il a raison.

 

Proportions internationales

 

Sur le fond, il faut repondre au defi du journal 'Haaretz', et verifier ses declarations dans tout ce qu'elles ont de malveillantes. Il faut un moyen de mesure international, si cela existe. Des chercheurs comme Michael Mann et Daniel Goldhagen, qui ont publie des livres sur les carnages humains realises lors des innombrables conflits a travers le monde depuis la fin de la deuxieme guerre mondiale, ont revele que 90% des morts sont des civils. Lors de la premiere guerre mondiale il etait question de 10%. Lors de la deuxieme guerre mondiale il etait deja question de 60%. Les 'proportions', en fait ne font qu'augmenter. Si on prend en compte le conflit au Sri Lanka ou les tigres et les tamouls ont tue 40,000 civils, le conflit entre la Russie et la Tchetchenie, tous les genocides et le massacre au Darfour, au Congo, au Rwanda, et en ce moment meme en Syrie, alors il semblerait que ces chercheurs ne soient pas loin de la realite. Bien sur qu'aucun deuil ne justifie un autre deuil, et qu'Israel ne peut pas dire que puisque c'est ce que tout le monde fait, alors laissez-nous tranquilles.

 

Quand il s'agit de conflits modernes, comme ceux avec le Hamas, les Talibans ou le Hezbollah, les affaires se compliquent parce que ces gens-la se servent de la population civile, des enfants en particulier, comme de 'boucliers humains'. En fait le Hamas, et pas que lui, eduque les enfants des leur plus jeune age, a devenir des terroristes suicidaires. Le Hamas a declare se servir des femmes et des enfants comme 'boucliers humains', et celui qui n'est pas pret a participer a cette 'industrie de la mort', comme l'a defini le ministre de l'interieur du Hamas, Fathri Hamad, est porte volontaire de force, comme l'ont montres les films tournes pendant les combats. En plus, la deuxieme intafada n'etait pas basee que sur des attentats terroristes, mais aussi sur des manifestations violentes, dont la plupart des participants etaient des femmes et des enfants. Cette situation a place Tsahal face a des dilemnes difficiles.

 

Les vraies donnees

 

La seule et tres serieuse enquete realisee sur la question des proportions a ete menee par trois chercheurs du centre interdisciplinaire d'Herzliya. Ils ont examine la repartition de la population generale en comparaison a la repartition des morts. Si la repartition est identique, alors il est possible de dire que les tirs ont ete effectues sans distinction, et ont donc touche les civils et les enfants. Si la repartition est differentes, alors on se rapproche de l'autre extremite, celle des tirs cibles, contre des combattants uniquement. L'examen des chercheurs a revele qu'il y a un manque de correlation significative entre la distribution par age et sexe et la repartition des pertes, ce qui veut dire que la plupart des morts etaient des terroristes. Mais aussi que parmi les victimes non identifiees, comprises dans les listes des 'non impliques', il y avait bien plus d'hommes dans l'age de combattre que de garcons et de filles appartenant a d'autres ages.

 

Revenons aux declarations d'Haaretz' sur les 951 enfants et adolescents morts pendant la deuxieme intifada. Supposons que cela soit vrai, malgre que des chercheurs comme Yonathan Dhoh-Halevy aient prouve a plusieurs reprises que les informations de 'B'tselem' sont biaisees et deformees. En consequence du fort taux de natalite des palestiniens, le groupe de personnes correspondants a cet age des 'enfants et jeunes' constitue la majorite de la population, ou presque. Ce sont eux qui ont participe aux emeutes, plus que n'importe quel autre groupe de population. Et malgre cela, quand on arrive aux nombre de morts, ils ne representent que 1/5 ou 1/6. La conclusion est claire, Tsahal a fait des efforts particuliers pour ne pas les toucher. Il y a bien entendu eu des victimes innocentes mais, en prenant tout en compte, le pourcentage de victimes parmi les jeunes et les enfants est assez faible. C'est cela que les chercheurs du centre interdisciplinaire d'Herzliya ont demontre, et c'est ce que prouve le faible poucentage des jeunes victimes, malgre leur participation importante dans les emeutes.

 

Une enquete contre l'ONU ?

 

Ce n'est pas tout. Il est possible d'examiner ce qu'il se passe dans les autres conflits. Laissons la Syrie, l'Algerie, la Somalie ou le Soudan de cote pour l'instant. En fait, il est possible de comparer 'Oferet itsouka' a la guerre au Kosovo, qui a eu lieu 8 ans plus tot. La-bas non plus ce n'etait pas exactement une vraie guerre, mais surtout des bombardements. Il y a un desaccord sur le nombre de morts. Ce nombre est evalue entre mille et cent selon l'OTAN et d'autres organisations, et 6,000 selon Belgrade. Un livre plus actuel ecrit par David Roberts pretend qu'il y a eu 1,400 morts. Les deux versions les plus basses nous placent dans la categorie de ce qui a ete fait pendant 'Oferet itsouka'. Roberts pretend que parmi les 1,400 morts, 600 etaient des enfants. Pour 'Oferet itsouka', la pire des estimations parle de moins de 300 enfants et adolescents morts. C'est-a-dire, qu'en comparaison avec l'OTAN, Israel a bien moins touche d'enfants, proportionnellement et dans l'absolu, malgre qu'au Kosovo les combattants ne se cachaient pas parmi la population et qu'ils ne se servaient pas des enfants et des jeunes comme bouclier humain.

 

Il est possible de continuer et d'examiner le nombre d'innocents qu'ont fait les Etats-Unis en attaquant le Panama, ou le nombre de victimes en Somalie entre 1993 et 1995, quand les soldats de l'ONU ont du faire face aux soldats et aux combattants qui oeuvraient au sein de la population. Dans ces deux incidents, le pourcentage d'innocents touches, par les americains ou les soldats de l'ONU, a ete bien plus important que lors des combats opposants Israel au Hamas.

 

Etonnant qu'aucune commission Goldstone n'ait ete mise en place pour juger de la reaction disproportionnee des forces de l'ONU en Somalie.

 

Des roquettes sur Rome ?

 

Quand on parle de proportions, il y a toujours quelqu'un pour dire que seuls quelques israeliens sont touches par les roquettes du Hamas. C'est vrai. Que quelques. Et pourtant, il est encore possible de comparer avec la guerre du Kosovo : le nombre de pertes au sein des forces de l'OTAN : 0. Il n'y a pas eu de roquettes tirees sur Berlin, Londres ou Rome. Des millions de civils n'ont pas du se refugier dans des abris, ni meme des centaines de milliers. Il n'y avait pas d'alertes 5 fois par jour. Mais l'OTAN a bombarde. Il est possible de supposer que l'OTAN n'a pas voulu toucher des innocents, mais cela a ete fait. Parce que c'est ce qui arrive dans chaque guerre, et cela arrive aussi lors des conflits entre Israel et les palestiniens. Mais il y a une difference : Israel touche moins, bien moins, les civils innocents, les femmes et les enfants.

 

Voila les chiffres, voila les faits. Il vaut mieux donner aux journalistes et aux penseurs un peu de matiere, avant qu'ils ne sortent un nouveau mensonge contre Israel.

 

133,000 enfants

 

Encore quelque chose sur les enfants et les proportions. Selon une enquete publiee il y a quelques semaines, 133,000 enfants sont morts de faim en Somalie, depuis que les islamistes controlent le terrain et qu'ils ont decide de bloquer l'aide humanitaire. Cette information est apparue dans de nombreux journaux dans le monde, ainsi que dans le 'Boston Globe', encore un 'journal pour les penseurs'. Cette information a ete publiee a la cinquieme page, en bas. L'information principale de cette meme page etait sur 'Netanyahu veut un referendum sur le processus de paix'. Voila l'orde des choses. Le processus politique de Netanyahu est plus important que l'histoire de 133,000 enfants. Et ce journal-la fait la morale a Israel sur les proportions.

 

La conclusion est simple et triste : ce ne sont pas les enfants qui inquietent vraiment les journaux des penseurs. Il s'agit d'une obsession completement differente, et Taguieff l'a parfaitement identifiee.

 

Les considerations du systeme

 

L'affaire Mohammed Al-Dura n'est pas unique. Les cuisiniers, c'est-a-dire les manipulateurs, sont devenus des guides a la place des enquetes factuelles. Le film 'Jenin, Jenin' n'est plus seul. C'est l'histoire de l'enquete sur le sergent R., c'est l'histoire du rapport sur Mohammed Al-Dura, c'est l'histoire d'autres incidents filmes de 'Palywood', dont les palestiniens se servent pour coller des mensonges sur Israel. Quand ces manipulations arrivent devant les tribunaux, les journalistes disent qu'il s'agit de 'considerations du systeme' ou de 'considerations professionnelles'. Il s'agit bien sur d'absurdites. Apparemment il n'y a pas que chez les historiens qu'il y a des 'recits' qui sont devenus des mensonges, meme les medias sont tombes amoureux des recits paradigmatiques. En fait, il s'agit de manipulations politiques avec une direction unique : exagerations et  etiquettes placees sur les crimes des soldats de Tsahal. Il vaut mieux savoir que le prochain mensonge n'est qu'une question de temps.

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

Tag(s) : #Coup de gueule

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :