Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Avec deux enfants qui grandissent ensemble dans une chambre d'un petit appartement, Elonora part avant le lever du jour et rentre la nuit. 70 heures de travail reparties sur trois emplois differents "pour qu'ils aient a manger et un toit". Sur la vie privee, il n'y a rien a dire. Pendant cette semaine de greve, nous l'avons accompagnee ainsi que ses enfants Sacha et David, qui veulent que leur mere puisse etre un peu plus avec eux.

 

צילום: בני דויטש

 

Cette semaine Sacha, agee de 13 ans, et David, age de 11 ans, ont reussi a avoir leur mere pour une soiree familiale entiere mais rare a la maison. Ils ont prepare un repas du soir pour Hanouka. "Nous avons mange ensemble et c'etait emouvant. Nous avons amene des soufganiots et des pancakes et avons fait un repas sucre', raconte Elonora Zinorov, infirmiere en salle d'operation a l'hopital Ichilov, ou nous l'avons accompagnee cette semaine. "Ca a ete special que l'on soient ensemble. Parce que je ne les vois presque pas, chaque instant passe avec eux est un cadeau". Au moins une bonne chose est sortie de la greve des infirmieres, qui entrera dans sa troisieme semaine dimanche.

 

 

Elonora Zinorov, agee de 42 ans, est infirmiere en salle d'operation depuis deux ans. Elle est une partie de l'equipe qui verifie et qui s'assure que nous passions ce moment critique avec reussite. Son salaire se situe en dessous du salaire minimum, et elle doit travailler a deux autres endroits differents, dans le secteur prive, afin de gagner assez d'argent pour elle et ses deux enfants, qu'elle eleve seule. Elle travaille environ 70 heures par semaine.

 

"C'est dur d'avoir tellement etudie pour finalement recevoir moins que le salaire minimum. Bien sur que la nouvelle generation ne veut pas travailler dans ce secteur avec un tel salaire, et s'occuper toute sa vie de sang, de pipi et de caca", dit-elle en riant tristement.

 

(צילום: בני דויטש)

 

Une semaine de travail d'Elonora

 

Dimanche : debout a 05:30, depart a 06:30. Elle travaille jusqu'a la fin des operations. A 18:00 elle part mais s'il y a des operations urgentes, elle doit etre prete a tout moment, meme au milieu de la nuit.

Lundi : elle travaille de 07:00 a 15:00. A 15:30 elle commence son deuxieme emploi, elle commence les operations de l'apres-midi qui finissent a minuit.

Mardi : comme lundi.

Mercredi : garde du soir de 12:00 a 20:00, ou garde double (matin + soir) de 06:00 a 20:00, sans pause. "C'est deja le troisieme soir que je ne suis pas a la maison".

Jeudi et vendredi: gardes en gynecologie de 15:00 a 07:00 le lendemain. 16 heures d'affilees, d'ou elle continue comme infirmiere privee jusqu'a 15:00 une fois ou deux par semaine. "A 16:00 je rentre a quatre pattes a la maison".

Samdi : repos, ou une garde de plus une fois par mois, "et alors je n'ai pas du tout de jour de repos".

 

 

Il y a trois ans, Elonora a decide de faire une conversion universitaire de l'enseignement vers les soins infirmiers. En plus elle divorce du pere de ses enfants. "En plein milieu de mes etudes, je me suis retrouvee mere celibataire. J'ai fais un emprunt et j'ai travaille le soir et la nuit pour nourrir mes enfants. J'ai meme du prendre mes enfants avec moi quand j'allais nettoyer les cages d'escaliers. Je savais que je devais faire le necessaire pour eux, j'ai rassemble toutes mes forces mentales et intellectuelles et j'ai fini mes etudes. Apres mes etudes en soins infirmiers, il m'a fallu encore deux ans de formation pour pouvoir travailler en salle d'operation".

 

Ils restent seuls a la maison

 

Elonora, Sacha et David vivent a Holon dans un appartement en location, dans un petit deux pieces et demi. Les enfants dorment dans un lit superpose, et malgre leur age, partagent encore leur chambre. "Ils n'ont pas d'intimite parce qu'il n'y a pas de place et que je n'ai pas assez d'argent pour un appartement plus grand. Ca me fait mal au coeur de voir des enfants de 11 et 13 ans dormir comme ca".

 

משפחת זינורוב בתמונה נדירה יחד (צילום: בני דויטש)

 

Sacha, sa fille, raconte qu'elle ne se souvient pas de la derniere fois ou ils ont passe un bon moment ensemble comme la semaine derniere, "parce que maman est tellement occupee et qu'elle est en general toujours au travail et nous tous seuls a la maison. Il y a des jours ou elle reste au travail et nous ne la voyons que le lendemain". Elle est fiere de sa mere et de la greve, dans l'espoir que cela portera ses fruits. "Ce n'est pas juste, qu'a cause d'un salaire trop bas maman doive travailler autant pour gagner sa vie".

 

תלוש השכר של זינורוב מבית החולים (צילום: בני דויטש)

Salaire de base : 3091,37 shekels

Salaire brut pris en compte pour la retraite : 6633 shekels

 

Son petit frere pense comme elle : "nous ne la voyons pas comme une maman normale et c'est dur, meme financierement ce n'est pas facile. Aujourd'hui nous etions ensemble, ca a ete une belle journee. Nous avons mange des pancakes, nous sommes sortis manger une glace. Ma mere devrait toucher 20 000 shekels avec ses conditions de travail", declare-t-il categorique.

 

צילום: ירון ברנר

 

Le reve d'Elonora est d'acheter une voiture et de louer un appartement ou chacun de ses enfants aurait sa chambre. "Avec ce salaire, cela reste un reve. En attendant, je lutte pour preserver un niveau de vie normal a mes enfants, pour qu'ils aient des vetements et des chaussures. Et je ne parle pas de moi. Meme le fait d'avoir une vie privee est un reve que je n'arrive meme pas a avoir".

 

 

"Il est impossible de travailler plus que je ne le fais deja. Je ne sais pas combien de temps je pourrais continuer comme ca. Ca use beaucoup", declare-t-elle. "Mon absence de la maison meme le soir a une influence sur mes enfants, mais il vaut mieux qu'ils aient a manger et un toit sur la tete et c'est ce qui me rend heureuse. Je ne suis pas la seule a travailler comme ca. Il y a beaucoup d'infirmieres qui ont besoin d'un travail supplementaire pour completer leur revenus. Avec toutes ces heures de travail, j'arrive difficilement a 10 000 shekels net par mois".

 

Mes amis s'enfuient au Canada

 

Le sens du nom Elonora en ouzbek est compassion. "J'ai le sentiment que je devais etre infirmiere, je suis fiere d'etre infirmiere en salle d'operation et d'influencer en bien, meme si c'est peu, sur la vie de quelqu'un. J'aime beaucoup mon metier malgre la difficulte physique importante. Il y a des operations complexes qui durent plus ou moins huit heures, et sans pause, sans pipi, sans boire, rien. Il est impossible de rentrer et de sortir de la salle en pleine operation".

 

אלאונורה בעבודה.

Elonora en salle d'operation

 

Elonora a decide de reveler sa vie et sa fiche de paie au grand jour apres que le ministere des finances ait exhibe les fiches de paie d'infirmieres qui gagnent plus de 20 000 shekels. "J'ai ete sous le choc de voir ces fiches de paie exhibees par le ministre. Si nous gagnions autant d'argent alors qui ferait la greve ?".

 

"Meme ceux qui ont decide de commencer a etudier les soins infirmiers s'enfuient au Canada", rappelle-t-elle, "comme cinq familles de mes amis qui ont quitte Israel pour partir la-bas parce que les conditions y sont bien meilleures pour les infirmieres. Les salaires et le statut des infirmieres sont bien plus eleves. Il faut que le statut des infirmieres soit releve pour que la situation s'ameliore. Et pour qu'il soit meilleur, le salaire doit etre plus eleve. Alors seulement les jeunes israeliens etudieront ce metier et choisiront de rester en Israel apres avoir fini leurs etudes".

 

 

Alors comment gere-t-on une telle vie quand il n'y a pas de greve pour mettre les infirmieres un moment a l'ordre du jour ? "Je commence a travailler quand il n'y a pas de soleil et je finis quand il n'y a plus de soleil. Je ne vois pas la lumiere du jour. Quand je vois des gens au cafe je comprends qu'il y a une vie a l'exterieur", conclut tristement Elonora en rappelant ce que les anciennes infirmieres savent depuis longtemps : "je ne savais pas combien d'heures je devrais travailler pour reussir a gagner ma vie. Je dois vivre au travail pour recevoir l'argent necessaire pour finir le mois".

 

צילום: חגי אהרון

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

Tag(s) : #Israel
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :