Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

X, assistante sociale agee de 33 ans, s'est presentee il y a deux semaines aux juifs qui priaient dans la synagogue 'Reout' de Jerusalem, et a fait une annonce inhabituelle : "aidez-moi a trouver un mari". Lors d'une interview accordee a 'nrgjudaisme' elle raconte ce qui l'a amene a faire ce geste inhabituel, et raconte qu'il y a deja de premiers resultats.

 

החיים בביצה ממשיכים גם אחרי סרוגים. משתתפי הסדרה

 

Le phenomene des celibataires tardifs n'est pas nouveau, et ces dernieres annees ce phenomene est encore plus repandu. Une grande partie de ces celibataires finissent par se marier, mais il y en a pour qui c'est plus dur, d'autant plus dur quand il s'agit de femmes.

 

Les femmes, contrairement aux hommes, ont la crainte de perdre la possibilite d'enfanter. X, agee de 33 ans (bientot 34), est assistante sociale et elle habite a Jerusalem. Il y a deux semaines elle s'est adressee aux juifs qui priaient dans la synagogue 'Reout', ou elle prie elle-meme depuis 4 ans, et a demande au serviteur de la synagogue la possibilite de faire une annonce. Meme au sein des communautes plutot liberales, il faut preciser, il n'est pas correct que des femmes s'adressent au public. X, en un geste exceptionnel, a raconte aux gens presents qu'elle est celibataire, et leur a declare demander leur aide pour trouver un mari. Les hommes presents dans la synagogue, sous le choc, ont eu du mal a comprendre ce qu'il leur arrivait.

 

L'histoire d'X a fait le tour des rues de Qatamon. Au cours de centaines de repas de shabbat, ainsi qu'a leur sorties, on a parle du sujet : "bravo a elle", ont declare certains, alors que d'autres declaraient qu'elle etait allee trop loin.

 

X elle-meme n'a pas demande a etre connue, elle a meme hesite plusieurs jours avant d'accepter cette interview. Finalement elle assume ce qu'elle a fait, mais prefere rester dans l'anonymat. Celui qui me connait sait que c'est moi. "Cela me suffit", explique t-elle.

 

Que t'est-il passe dans la tete quand tu as decide de t'adresser a toute la communaute et lui demander son aide pour te trouver un mari ?

"C'est une idee que j'ai au pendant une periode, ainsi que ce soir de shabbat la alors que j'etais dans la synagogue. J'ai senti que j'etais entouree de beaucoup de gens, d'une communaute dont je fais partie, et j'etais heureuse de connaitre d'autres personnes grace a eux, meme si c'est dans le but de me marier. A Pessah j'ai decide d'essayer de faire avancer serieusement mon histoire de couple. Comme de nombreuses filles j'ai pense a l'idee d'etre une mere celibataire, mais je me suis ressaisi et me suis dis : attends, donne toi une derniere chance avant de devenir mere celibataire".

 

 

Tu n'as pas eu honte ?

"Je me suis dis que si je n'avais pas peur d'arriver plus tard a la synagogue avec un enfant en tant que mere celibataire, je ne devais pas avoir honte d'etre celibataire. En fait ce n'est pas un secret".

 

X precise que "ce propos est un peu pour moi et un peu pour les autres, mais clairement pas pour faire du desordre afin qu'ils aient pitie de moi. Je me suis dis en priant que j'allai le faire, et yalla, je l'ai fais, alors que ce soit a fond et que je le dise a voix haute. J'ai ressenti que je voulais le dire".

 

Avant d'etre une mere celibataire

 

Il ne faut pas se tromper, X n'est pas une pauvre fille. Elle est une femme avec une carriere reussie et qui travaille avec des femmes battues, elle est jolie et a meme des propositions. Et malgre tout, elle a senti qu'elle avait besoin d'un dernier 'push', quelque chose qui la pousserait a etre plus serieuse.

Elle raconte son acte : "j'ai dis au serviteur de la synagogue que je voulais faire une annonce a la fin de l'office. Les separations etaient ouvertes, et je me tenais a l'extremite de la partie avant de la partie des femmes. Je leur ai dis que j'esperais ne pas a avoir honte ou a regretter mes paroles. Je leur ai explique que je prie dans cette synagogue depuis sa creation, il y a deja 4 ans, et je leur ai raconte que je suis agee de 33 ans et encore celibataire. Je leur ai dis que je voulais faire la connaissance d'hommes celibataires, et que peut-etre qu'ils en connaissaient, et que je serai heureuse s'ils me les presentaient". X a fini ses paroles en s'adressant a tous les fideles, hommes et femmes : "vous etes invites a venir me parler apres la priere".

 

Il y avait une sorte de silence gene ?

"Ils ont surtout ecoute. Certains visages connus au premier rang m'ont fait des signes d'encouragement en levant le pouce et en me souriant, d'autres avaient un regard surpris. Apres la priere plusieurs personnes sont venues me voir, ils m'ont ecourage et embrasse".

 

Et ils t'en ont vraiment presente ?

"Oui, ils ont commence. Je n'ai pas encore rencontre l'elu de mon coeur, mais j'espere que ca va se faire".

 

Je suis sur qu'il y a des gens dans les rues de Qatamon qui pensent qu'il s'agit d'une legende, que ce n'est pas une vraie histoire.

"Si je deviens une legende, c'est mauvais ? Je n'ai pas fais ca pour ca. Je pense que souvent les celibataires qui vont a la synagogue ca a quelque chose de choquant en soi. C'est une situation ou la peau est a vif, et ou on ne voit que les choses exterieures. Ils ne savent pas qui tu es et dans quoi tu travailles, et le systeme de valeurs est la tete couverte ou la poucette. Beaucoup de mes ami(e)s ne vont pas a la synagogue a cause des regards et des questions. Pour moi c'est important de faire partie de la communaute - c'est ma synagogue - je me sens a l'aise la-bas. Je fais partie d'une communaute ou la majorite des gens sont maries ou en couple, et je veux en etre une partie naturelle. J'ai ressenti que plutot que d'avoir honte je mettais les choses sur la table".

 

X est heureuse de travailler en aidant les femmes dont une partie ont subi des agressions sexuelles, cela lui permet d'etre forte. "Le fait est qu'elles n'ont pas besoin d'avoir honte, de se cacher. Ce que j'ai fais est petit a cote d'elles".

 

Ce geste exprime de l'amertume envers l'establishment et les hommes religieux ?

"Je n'ai aucune amertume. Je ne peux pas accuser le reste du monde. On me presente des hommes, et grace a D.ieu on commence meme a s'interesser a moi. Je ne vis pas comme une 'pauvre fille'. Je pense que la societe religieuse parle du celibat comme etant un probleme de celibataires, mais c'est un phenomene social bien plus large. Ce probleme n'a pas commence chez ceux qui en souffrent. Ce n'est pas qu'un probleme de celibataires, c'est un probleme pour toute la societe. Il est important pour moi qu'il n'y ait pas de jugements. Je veux que l'on ne regarde pas de haut en bas ceux qui n'ont pas reussi a se marier".  

 

Des familles religieuses differentes

 

Selon elle, les 'iles' synagogues devront s'habituer a ces changements dans les prochaines annees. "Il me semble qu'il y aura de nombreux cas de familles differentes : celibataires, meres celibataires, divorces. Dans de nombreuses synagogues on ne sait pas quoi faire de ca, et il n'y a de la place que pour les familles parfaites : maman, papa et les enfants. Mais la communaute doit aussi faire de la place aux autres en son sein. Si elle jugeait moins, le probleme serait different".

 

בתי הכנסת יצטרכו להתרגל לסוגים שונים של משפחות, כגון רווקים, רווקות ואמהות חד הוריות. (אילוסטרציה)

 

Tu as dis avoir aussi pense au sujet de la mere celibataire ?

"Oui, c'est toujours sur la table. C'est quelque chose auquel je reflechi. Si ca ne marche pas (l'idee du mariage) je ferai un enfant, et apres je repenserai a un couple et au mariage".  

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.  

Tag(s) : #Judaisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :