Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Les ordres d'ouvrir le feu deviennent de plus en plus stricts et repondent moins efficacement aux emeutes. Le soutien et la tolerance de la part des grades de l'armee, des medias et de la population diminue. N'abandonnez pas les soldats.

Par Yossi, combattant en fin de service. 

 

חיילים מול פלסטינים בחברון (צילום: EPA)

 

Il y a six mois, j'ai fait face a une decision tres importante pour le reste de ma vie. En tant qu'officier d'infanterie estime, et a l'approche de la fin de mon poste d'adjoint du commandant d'unite, une grosse pression m'avait ete mise par mes superieurs, de differents grades, pour que je m'inscrive a un cours de commandement d'unite et que je continue ma carriere dans l'armee. Finalement, apres de nombreuses hesitations, j'ai decide d'arreter, et une des raisons principales ont l'a vue dans un film publie sur internet - il est tres difficile d'etre combattant en Judee-Samarie.

 

En tant qu'habitant de Judee-Samarie, j'ai vecu de pres la periode de la deuxieme intifada. Tirs sur les axes routiers, infiltrations dans les localites, attentats meurtriers issus du cerveau tordu de terroristes habitants a quelques kilometres de ma maison. Quand Tsahal a commence l'operation 'Rempart', les helicopteres de combat dans le ciel et les convois de chars etaient des visions courantes. En tant qu'adolescent, j'etais plein d'admiration pour ces soldats qui combattaient pour que je vive tranquille. Je savais que quand viendrait mon heure, je serais aussi un combattant.

 

Des ordres pour super-combattant

 

Quand j'ai commence mon service militaire je suis rentre dans l'infanterie. J'ai fini ma periode de formation intensive et pleine de defis, qui m'a appris a combattre face a tout ennemi potentiel, qu'il fasse partie d'une armee etrangere ou qu'il soit un terroriste isole cache au milieu de la population civile. A la fin de ma formation je suis arrive sur une de mes affectations en Judee-Samrie, plein d'objectifs et de motivation. J'ai ete dans les check points, j'ai arrete des terroristes suicidaires et des palestiniens qui geraient des infrastructures suicidaires. Je sentais que je faisais un travail important.

 

Deux ans apres, je suis arrive a une nouvelle affectation en Judee-Samarie, cette fois apres un cours de formation d'officiers, et en tant que commandant de section. Depuis ma premiere affectation en 2008, les ordres d'ouvrir le feu etaient devenues beaucoup plus strictes. Si en 2008 toute personne avec un cocktail molotov a cote d'une route etait considere comme un danger de mort, deux ans plus tard - suite a trop de cas de soldats avec le doigt un peu leger sur la gachette - les ordres ont change ainsi :  'il est autorise de tirer dans les jambes d'un lanceur de cocktail molotov, seulement s'il est allume et que le lanceur s'apprete a le lancer sur un vehicule qui circule sur la route. Il n'y a qu'un super-combattant qui est capable de faire un tel diagnostic tout en courant sur la montagne avec un equipement lourd et doit toucher un petit objectif situe a 50 metres. Contre les lanceurs de pierres, il a ete tout simplement ordonne de ne pas tirer. Toute l'unite a pris sur elle ces ordres avec comprehension, mais la frustration a commence a gagner du terrain lors d'une des nombreuses manifestations permanentes de shabbat.

 

 

ההוראה המפורשת: לא לירות במיידי אבנים (צילום: EPA)

 

 

Chaque shabbat etaient deployees des forces importantes contre 15 manifestants qui sortaient de leur village situe tout proche d'une localite juive. Les ordres etaient simples : il faut evaluer a partir des points d'observation, freiner les manifestants, et ne pas donner d'occasion de voir des photos provocatices dans les medias. Il a ete cree une situation absurde ou une fois par semaine j'etais avec mes soldats face a 15 manifestants qui nous jetaient des pierres. Nous ne pouvions ni les poursuivre ni les attraper. Nous portions a peu pres 20 kilos de materiel. Nous ne pouvions pas tirer sur eux avec des moyens de dispersion de manifestations, comme des balles en caoutchouc ou des grenades a gaz, juste parce que cela enflammerait les passions. Nous avons fait face et les avons regarde nous jeter des pierres, jusqu'a ce qu'ils finissent par se lasser et rentrent a la maison. Apres ces manifestations, j'ai commence a recevoir des vagues de protestations de la part de mes soldats : est-ce que c'est pour ca que l'on a ete enroles comme combattants ? Nous sommes des soldats, notre role est de nous battre, de tirer, de conquerir, pas de nous tenir debout pendant que des arabes nous lancent des pierres.

 

Trois gardes-frontieres et les manifestants prennent la fuite

 

En tant qu'officier combattant servant dans les territoires, mes competences sur le papier etaient larges : arreter toute personne menacant la securite des civils, en utilisant la force adaptee pour son arrestation. Concretement, toute utilisation de moyens de dispersion de manifestations ou toute arrestation d'un suspect etaient dependante de l'approbation d'un grade en charge, approbation qui n'etait pas toujours obtenue. Chez nous il y avait des gardes-frontieres, avec un diplome de policier. Les gardes-frontieres sont specialises dans l'utilisation des moyens de dispersion de manifestations, et avaient la competence d'arreter toute personne et de le retenir pour enquete. Il a ete cree une situation absurde ou toute une section d'infanterie devait faire face a des manifestants qui lui mitraillaient de pierres, alors que quand une jeep avec trois gardes-frontieres arrivait les memes lanceurs de pierres avaient peur pour leurs vies. Ils savaient qu'avec nous il n'avaient rien a craindre - on ne faisait que leur faire face et attendre qu'ils s'en aillent. Les gardes-frontieres etaient ceux qui utiliseraient la force  physique pour les arreter, et qui les retiendraient quelques heures en cellule.

 

 

תופסים מחסה בחברון (צילום: AFP)

 

 

Aujourd'hui, les soldats dans les territoires ne sont pas formes a faire face aux manifestations et a la population civile. Il faut dire pourtant que la mobilisation des soldats pour faire face a ces situations est admirable. Meme les soldats les plus problematiques et les moins disciplines font preuve de reflexion et de retenue, et font de leur mieux pour arriver au bout de ces evenements avec le minimum de pertes pour nos forces, les manifestants et la tranquillite de l'Etat. Toutes les semaines, des dizaines de manifestations et de troubles de l'ordre public se terminent sans que vous n'en entendiez parler. Quelque fois, quand un soldat se trompe, il a droit a un article dans les medias qui ne fera pas honte au ministre ou au premier ministre.

 

 

null 
Shalom Eisner

 

 

Prenons l'exemple du lieutenant-colonel Shalom Eisner. Mon frere aine connait bien Eisner de la periode ou il a fait son service militaire, et il raconte a propos de l'officier apprecie, qu'il a risque sa vie un nombre incalculable de fois pour ses freres d'arme et pour mener a bien ses missions. Un combattant dans l'ame. Et voila, Eisner a fait face a des dizaines de manifestants qui avaient bloque une route principale d'Israel, et lui - en tant que commandant de secteur - n'avait pas l'autorite de faire quoi que ce soit contre ca, meme pas le droit de menotter quelqu'un. Je ne justifie pas le coup de mitraillette qu'Eisner a donner au manifestant danois, mais je comprends parfaitement son sentiment d'impuissance. Tout de suite apres la mise en ligne du film, toute sa participation a la securite du pays a disparu comme si elle n'avait jamais existe, et d'officier apprecie avec un avenir prometteur il est devenu "le soldat qui a frappe le danois avec une arme".

 

J'espere que je ne me tromperai pas 

 

Et malgre tout cela, vous n'entendrez pas un soldat de mon unite se plaindre. Ils comprennent la complexite. Ils savent qu'ils ne font pas leur service militaire pour se montrer a leurs amis, mais pour remplir toutes les missions qu'Israel leur donnera, meme si les moyens qui leurs sont donnes sont tres limites. Meme moi je peux vous dire que je continuerai a aller faire mes periodes de reserve, et j'encouragerai meme tous ceux que je connais a aller dans une unite combattante et a donner d'eux-memes pour la securite du pays. Mais j'espere beaucoup ne pas me tromper quand je serai en pleine operation. Les ordres d'ouvrir le feu sont de plus en plus stricts, donnent moins de reponses aux problemes, et le sentiment qui en decoule est que le soutien et la tolerance de la part des grades de l'armee, des medias et de la population diminue.

 

 

לוחמת מג 
X, soldate servant dans les gardes-frontieres (voir ICI ). La semaine derniere elle a tire sur un palestinien qui menacait un autre soldat a un check point, et est devenue depuis une cible pour les terroristes

 

 

Selon moi, la solution a cette situation absurde est d'un cote d'elargir les competences des soldats de Judee-Samarie, et de l'autre d'augmenter la presence des gardes-frontieres. Les combattants des gardes-frontieres sont formes exactement pour ce domaine - dispersion des manifestations et arrestation des fauteurs de troubles - et ils ont les competences des policiers pour faire des arrestations et mener des interrogatoires. Comme cela, les soldats se sentiraient moins impuissants et pourraient agir dans de telles situations sans avoir de craintes. L'augmentation du nombre de gardes-frontieres leur permettra d'etre plus disponibles et presents sur ce genre d'evenements. A partir du moment ou on donnera aux soldats et aux policiers de Judee-Samarie les competences et le soutien necessaires pour remplir leurs missions, nous aurons plus de calme, de dissuasion et de securite.

 

Entre-temps nous devons renforcer les mains de nos chers soldats de Judee-Samarie, qui travaillent jour et nuit et donnent d'eux-memes pour nous assurer la securite, meme dans des situations delicates pour lesquelles ils n'ont pas ete formes. Nous devons leur montrer que nous leur faisons confiance, et les soutenir meme quand ils se trompent.

 

Yossi a servi pendant quatre ans et demi comme combattant et commandant dans un regiment d'infanterie, dont un an et demi de suite en Judee-Samarie.

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

Tag(s) : #Opinion

Partager cet article

Repost 0