Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Pendant la guerre des six jours Israel fut opposee a une coalition de la Ligue Arabe representee par les armees de l'Egypte, de la Jordanie, de la Syrie et de l'Irak.

 

Israel ecrasa ses ennemis en six jours, tout en limitant considerablement ses pertes, et les arabes prirent une deculottee dont ils se souviennent encore. Pour feter cela nos voisins arabes ont declare le 05 juin comme jour de fete, jour de la Naksa !

 

Mais que fetent-ils au juste, quel etrange coutume que celle de feter la grande victoire de son ennemi jure ?!

 

Voila la reponse en quelques chiffres :

 

A la suite du blocus du detroit de Tiran aux navires israéliens par l'Égypte le 23 mai 1967, les Israéliens decident de declencher une guerre preventive face a ce casus belli et face aux armees stationnees a ses frontieres.

 

Le soir de la première journée de guerre, la moitié de l'aviation arabe était détruite, soit 400 avions des armées égyptienne, syrienne, jordanienne et irakienne. Et le soir du sixième jour, les armées égyptiennes, syriennes et jordaniennes étaient défaites et les chars de Tsahal bousculèrent leurs adversaires sur tous les fronts.

 

En moins d'une semaine, l'État hébreu tripla sa superficie : l'Égypte perdit la bande de Gaza et la péninsule du Sinai, la Syrie fut amputée du plateau du Golan et la Jordanie de la Judee-Samarie et de Jerusalem-Est.

 

Plus symbolique encore de la défaite arabe fut la prise de la vieille ville de Jerusalem. La cité des 3 religions du Livre devint dès lors la capitale d'Israël.

 

Cette guerre a fait 679 morts et 2 563 blessés côté israélien, et environ 21 000 morts et 45 000 blessés du côté des pays arabes. Beaucoup trop de morts du cote israelien...

 

 

 Une vraie Nakba cette Naksa !

 

Suite a cette veritable humiliation les pays arabes adoptent la resolution de Khartoum en septembre 1967, définissant une ligne de conduite commune. La résolution contient notamment dans son paragraphe 3, ce qui est connu comme les « trois non » des relations israélo-arabes de l'époque :

 

1. pas de paix avec Israël,
2. pas de reconnaissance d'Israël,
3. pas de négociation avec Israël.

 

Pour paraphraser un heros de mon enfance je dirais "ils sont fous ces arabes" !

 

 

Voila en gros ce que nos amis fetent aujourd'hui. Meme si on ne peut comprendre toute cette logique, avouez que cela vaut bien un petit feu d'artifice !

 

 

David Goldstein.

Tag(s) : #Opinion
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :