Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Dans le cadre du rapport israelien sur l'operation "Tsouk Eitan" il a ete revele un document secret de Tsahal, dans lequel il est detaille comment ses troupes ont agit. Des renseignements precis sur chaque cible, des conditions drastiques imposees par les juristes qui etaient assignes aux soldats afin d'eviter de porter atteinte aux civils, et un signalement de l'ONU des cibles sensibles. Mais aussi : les tirs du Hamas a partir de zones d'habitation de forte densite.

 

 

Des renseignements precis, une consultation permanente avec des juristes et des conditions tres strictes pour attaquer : lors d'un briefing qui a eu lieu hier un representant du parquet militaire a explique comment Tsahal s'est comportee l'annee derniere pendant l'operation "Tsouk Eitan", ainsi que les hesitations qui ont dominees au sujet de toutes les cibles afin d'eviter de ne pas porter atteinte aux civils. "Si un avocat dit qu'une cible est illegale le commandant ne peut pas executer son attaque, et il n'y a pas de recours possible".

 

Lors d'un briefing qui a eu lieu hier dans le cadre de la publication du rapport israelien publie par le ministere des affaires etrangeres a propos des attaques qui ont ete effectuees lors de l'operation "Tsouk Eitan", il a ete revele, entre autre, un document de tsahal classe secret et qui presente pour la premiere fois le processus amenant a l'incrimination d'une cible pendant cette operation. Cette cible etait la maison d'Ibrahim al-Shawaf, un responsable de la branche armee du Jihad islamique a Khan Younes, qui servait de centre de commandement et de controle, ainsi que d'entrepot d'armes. Ce document decrit le processus de prise de decision avant l'attaque de cette maison, qu'ont accompagne des juristes de Tsahal et qui l'ont autorise apres y avoir impose des conditions.

 

Ce document comprend l'emplacement precis de la maison et meme ses coordonnees, ainsi que les personnes presentes : le commandant militaire, sa famille et des terroristes du Jihad islamique.

 

La description de la cible : faisant partie d'une zone d'habitation, d'une taille de 23 metres sur 23. La cible est un batiment d'un etage faisant 13 metres sur 13. Les armes presentes : mitraillettes kalachnikov, des tubes d'acier et d'autres materiaux pour fabriquer des roquettes ainsi que des roquettes Grad. Sites sensibles autour de la cible : il n'y a pas de cibles sensibles dans un perimetre de 100 metres. Objectifs d'action : attaque a l'aide d'un avion de chasse et destruction de l'entrepot d'armes, tout en evitant de porter atteinte aux civils. Conditions d'execution (telles qu'elles ont ete fixees par les juristes de Tsahal) : observation et suivi au cours de l'execution, attaque de nuit, tir de semonce effectif selon les regles de "Hakash bagag". Nom de celui qui a donne son aval (efface). Au final l'attaque a ete realisee, et sur les images ont voit une serie d'explosions qui prouvent les informations du renseignement selon lesquelles cette maison etait bien un entrepot d'armes.

 

Fonde sur la loi internationale

 

Le lieutenant docteur en droit Shamir-Borer, qui dirige la branche internationale du service de legislation internationale (Dabal) du bureau du procureur militaire, a presente ce document lors d'un briefing avec des  journalistes. Il a revele que c'est la premiere fois que Tsahal devoile un document qui montre les regles d'incrimination de cibles pendant une operation. "Ces regles sont basees sur le droit international. Le but est que chaque partie impliquee dans ce processus respectent ces lois. Pendant "Tsouk Eitan" il y a eu des milliers de cibles de ce genre. Nous avons programme des cibles avant et pendant l'operation, elles sont toutes entrees dans la banque de cibles. D'un cote le renseignement nous a donne des informations et nous a persuade du pourquoi cette cible - qui ressemble a un batiment civil - est une cible legitime. Dans ce cas precis la maison servait d'entrepot d'armes et de point de rencontre pour des programmations operationnelles, et tout cela l'a transforme en cible militaire. Le renseignement nous a fourni des informations sur ce qu'il y avait dans les alentours de cette cible et nous a permis de respecter le principe de distinction entre les civils et les hommes en armes, ainsi que le principe de proportion". 

 

 ()

 

ריכוז של נתוני ירי חמאס מתוך בתי חולים ובתי ספר, גם של האו"ם ()

 

Shamir a raconte que les avocats de l'armee etaient impliques dans tous les niveaux de programmation d'attaques. "Le travail des avocats est de decreter s'il s'agit d'une cible militaire, prendre en compte les notions de proportion et meme d'etre impliques dans les differents scenarios operationnels. Au sein de Tsahal c'est l'avis de l'avocat qui decide. Si l'avocat dit que ce n'est pas une cible legale et que dans le fond il n'y a pas de cible, le commandant ne peut pas realiser cette attaque et il n'y a pas de recours possible. Dans certains cas precis l'avocat a dit au commandant : 'tu peux attaquer mais a certaines conditions : tu dois prevenir de maniere effective les habitants de la maison, les appeler, les prevenir de l'attaque, leur donner suffisamment de temps pour se sauver'. Dans le cas de l'attaque a Khan Younes, les avocats ont donne ce genre de consignes avant l'attaque, et ont meme conseille un suivi pendant l'attaque. Cela te permet de veiller a ce que des civils ne soient pas touches".

 

Shamir s'est exprime sur la guerre entre Tsahal et le Hamas de maniere generale. "C'est un conflit avec un acteur non-etatique qui cree des conditions asymetriques entre un Etat qui respecte les lois de la guerre, et un groupe terroriste. Le champ de bataille est place en zone civile. Nous avons intercepte beaucoup de documents qui prouvent que c'etait la strategie du Hamas. Le Hamas a appris a ses troupes comment agir au sein de la population urbaine parce qu'il est plus facile pour eux de sauter de toits en toits et de passer sous les tunnels. Cela montre comment ils ont gere les combats. Nous avons decouvert a Shuja'iyya un document - guide pour le combat en zone urbaine - dans lequel il est ecrit qu'il faut attirer Tsahal le plus possible parmi une population de forte densite".

 

Shamir a explique qu'a Gaza il y avait des milliers de sites qui profitaient d'une protection complete, hors d'atteinte d'une attaque. "Nous avions un plan avec des milliers de sites sensibles, qui avaient ete marques de couleur orange, et toutes nos forces savaient qu'il s'agissait de sites sensibles. Cette carte etait mise a jour tout le temps, nous avions des regles, l'ONU nous donnait deux fois par jour les coordonnees de ces sites sensibles et nous les transmettions a nos troupes sur le terrain, afin qu'elles sachent ou etaient ces sites. C'est la premiere fois que nous revelons ceci. 10 minutes apres que nous recevions les informations de l'ONU elles etaient deja entre les mains des troupes sur le terrain".

 

Shamir a donne l'exemple d'une fois ou les juristes ont donne a Tsahal l'autorisation d'attaquer une ecole d'ou etaient tires des obus de mortier. "Nous avons evite d'attaquer des ecoles mais il y a eu des cas particuliers. Nous avons identifie une zone dans le quartier de Shuja'iyya qui comprenait plusieurs ecoles, dont une de l'ONU, un dispensaire et une mosquee. Pendant l'operation des dizaines d'obus de mortier etaient tires de la-bas, vers Israel, jour apres jour. Le 25 aout, apres que 11 obus de mortier aient ete tires nous avons decide d'attaquer. Nous avons donner des ordres aux troupes pour attaquer cette ecole, comment prevenir et anticiper les choses afin de verifier qu'il n'y avait pas de civils dans cette cible. Au final les tireurs d'obus de mortier ont ete attaques et nous n'avons pas entendu parler de victimes civiles".

 

"Le Hamas s'est servi de cette situation", a ajoute Shamir, "il a distribue un document appelant les habitants des differents quartier a ne pas partir et a ne pas ecouter les avertissements de Tsahal. Ceux qui sont partis ont ete appeles a revenir. Dans plusieurs cas le Hamas a pousse les gens a rester chez eux et les a empeche d'evacuer".

 

Le Hamas a cache l'identite des victimes

 

Un des sujets principaux apres l'operation a ete de connaitre le nombre de victimes dans la bande de Gaza, et combien d'entre elles etaient des civils innocents. Shamir : "le Hamas a ordonne de retirer tous les signes militaires sur les corps des terroristes tues afin qu'ils ne soient pas comptes parmi les hommes armes, et ainsi tromper et compliquer le decompte du nombre de victimes. Leurs consignes etaient de ne pas publier les noms des commandants militaires tues. Ils ont tres bien reussi a cacher les identites des gens. Nous avons mis en place une equipe de renseignements qui travaille deja depuis 9 mois, ils controlent tous les noms et essaient de recueillir des informations a partir de plusieurs sources afin de determiner ces identites. Les informations que nous avons recolte, vrai a avril 2015, nous disent qu'au moins 44% des morts etaient des hommes armes. 36% etaient de maniere certaine des civils, et nous n'avons pas d'indication au sujet de leur implication dans le conflit. Les autres sont des hommes ages de 16 a 50 ans, et nous essayons de reduire cela, une partie d'entre-eux etaient armes et d'autres non".

 

ריכוז של שיגורי רקטות במרחק של 100 מטר מריכוזי אוכלוסייה בעזה ()

 

הנקודות האדומות מציינות את הפגיעות בשטחי ישראל ()

 

"Je sais que les chiffres donnes par les palestiniens sont destines a prouver qu'Israel a agit de maniere disproportionnee", a ajoute Shamir, "mais en tant qu'avocats nous savons qu'une analogie de ce type n'a aucune valeur juridique. Si tu es serieux sur le principe de proportion tu ne peux pas prendre en compte de tels chiffres, mais analyser chaque attaque, comprendre sur quoi s'est base un commandant pour determiner chaque action, est-ce que cela a ete exagere par rapport a la menace ou non. C'est ainsi qu'il faut comprendre le principe de proportion".

 

Le directeur de cabinet du ministere des affaires etrangeres, Dori Gold, a declare que les informations revelees par Tsahal ont une grande importance. "Jusqu'a aujourd'hui les instituts de recherche n'avaient pas acces a ce type d'informations. Beaucoup d'entre nous parlons de la moralite de Tsahal, vous avez cela dans le rapport des generaux, mais la vous en avez la preuve, les remarques en marge et la vraie information".

 

Pourquoi n'avez vous publie ce rapport que maintenant, et pourquoi ne pas avoir attendu le rapport de l'ONU ?

"Nous avons termine notre travail et n'avons pas attendu. Le rapport d'enquete de l'ONU est cense etre publie en fin de mois mais nous avons une indication qui semble dire qu'il sera publie avant. Parfois des agences de presse, des organisations et des palestiniens participent a ce type de rapports, et nous avons pense que cela pourrait sortir. Pour cette raison nous avons decide de devancer cela et de presenter notre position officielle".

 

Tout Shuja'iyya est en rouge

 

Israel revele aussi dans ce rapport un tableau qui comprend tous les sites sensibles pour lesquels il avait ete demande de ne pas les toucher, comme les hopitaux, les ecoles, les lieux de priere, les installations de l'ONU et d'autres encore. Ce rapport comporte beaucoup de photos aeriennes des quartiers de Gaza, a partir desquels des tirs massifs de roquettes et d'obus de mortier ont ete effectues sur Israel. Chaque site de tirs a ete marque d'un point rouge, et il y a des photos ou tout un quartier est en rouge, comme Shuja'iyya. Sur d'autres photos sont montres les degats en Israel.

 

Ce rapport comprend aussi de nombreux documents que Tsahal a saisi pendant l'operation. Un de ces documents prouve l'utilisation methodique et intentionnelle de maisons civiles a des fins militaires, comme par exemple, des caches de moyens de communication et des antennes a cote d'antennes de television. Dans ce document, qui est destine au combattant et appele "Facteurs pour cacher avec succes des armes dans des constructions", il est explique comment cacher des armes dans des maisons et comment se servir des maisons pour introduire des armes dans un quartier habite.

 

המנהרה שדרכה נחטף אורון שאול ()

Maison par laquelle Oron Shaul a ete enleve

 

A la page 39 du rapport il est publie une photo d'une maison et du tunnel par lequel le corps du sergent-chef Oron Shaul z"l a ete enleve. Dans ce rapport il est ecrit que le 20 juillet des terroristes du Hamas ont enleve le corps de Shaul par le biais de ce tunnel qui a ete creuse dans le quartier de Shuja'iyya. L'acces a ce tunnel etait cache par un tapis, dans une piece de cette maison.

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

Tag(s) : #Israel

Partager cet article

Repost 0