Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Trois enfants de la bande de Gaza, qui souffrent d'arthrite systemique, se sont joints a une etude medicale realisee a l'hopital "Sheba" et qui comprend des injections pour lutter contre la maladie. Sur fond d'operation contre la bande de Gaza, le Hamas empeche les enfants de venir en Israel. A l'hopital on a des craintes : un arret du traitement pourrait entrainer leur mort.

 

 

Organisation terroriste sans frontiere : le Hamas empeche trois enfants gazaouis, qui ont besoin de recevoir un medicament disponible uniquement en Israel, d'entrer en Eretz. Ces trois enfants sont ages de 5, 10 et 12 ans, ils souffrent d'arthrite systemique et sont en danger de mort.

 

Ces enfants de Gaza se sont joints il y a plus d'un an a cette recherche menee par l'hopital Sheba de Tel Hashomer et la societe Novartis, dans le cadre de laquelle ils recoivent une injection par mois pour lutter contre la maladie. La recherche en elle-meme est terminee, mais les enfants doivent continuer de recevoir leur medicament afin de permettre la poursuite de leur developpement.

 

Au cours de cette recheche, il a ete note une nette amelioration de l'etat de sante des enfants. Mais pour l'heure, suite a l'arret du traitement, les medecins craignent une phase aigue de la maladie qui pourrait amener a une insuffisance hepatique, des handicaps et la mort. Cette maladie est commune a un 1 enfant sur 4000.

 

Selon le professeur Shay Padeh, qui dirige le service pediatrique de l'hopital pour enfants Shapira, qui se trouve au sein de l'hopital Sheba, le traitement actuel est le meilleur contre cette maladie, qui amene aussi a une hypertrophie du foie et de la rate, une perte de l'appetit, de la fievre et l'epuisement. L'injection de ce nouveau medicament aide les anticorps a bloquer la proteine responsable de cette arthrite. "Nous pensons tout le temps que le feu va cesser et que le probleme va se regler mais la situation perdure", a declare le professeur Padeh. "Nous sommes en contact permanent avec eux, mais nous mourons de peur".

 

Le responsable medical de Novartis, le docteur Elyad Ben Dayan, a declare : "c'est comme de bouger soudainement une lance a incendie qui sert a eteindre un feu, le feu repart d'un seul coup. Ces enfants sont completement dependants de ce medicament, l'arret du traitement pourrait les tuer. Il serait triste que la situation securitaire leur fasse perdre le controle de la maladie". Il faut preciser que le cout de ce traitement est de 70000 shekels par mois, et que ces enfants le recoive gratuitement.

 

Traduit de l'hebreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

 

Tag(s) : #Actu

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :